Culture Belle et Sébastien 3 : "J’ai lu le scénario comme je lis un Jack London"

06:40  14 février  2018
06:40  14 février  2018 Source:   msn.com

7 à la maison : un acteur arrêté pour violences conjugales

  7 à la maison : un acteur arrêté pour violences conjugales L'un des acteurs de la série 7 à la maison, Jeremy London, a été arrêté pour violences conjugales. © The WB/Danny Feld 7 à la maison : un acteur arrêté pour violences conjugales L'acteur Jeremy London, 45 ans, a été arrêté pour violences conjugales aux Etats-Unis. Le comédien américain est notamment connu pour avoir incarné le personnage de Chandler Hampton dans la série7 à la maison. Pasteur, Chandler Hampton remplaçait le révérend Camden lors de son opération du cœur et sa convalescence. Il devenait ensuite l'associé d'Eric Camden.

A lire sur AlloCiné : A la frontière du conte, du western, du parcours initiatique et du film d'aventures, Clovis Cornillac offre à Belle et Sébastien un dernier chapitre sincère.

Directed by : Clovis Cornillac Produced by : Radar Films, Epithète Films Genre: Fiction - Runtime: 1 h 31 min French release: 14/02/2018 Production year

Vidéos suggérées
  • Les secrets du Labyrinthe avec l'équipe du Remède mortel

    Les secrets du Labyrinthe avec l'équipe du Remède mortel

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:48
  • Deadpool 2 Bande-annonce VO

    Deadpool 2 Bande-annonce VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:01
  • Sans un bruit Bande-annonce VO

    Sans un bruit Bande-annonce VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:49
  • La Forme de l'eau - The Shape of Water Bande-annonce (2) VO

    La Forme de l'eau - The Shape of Water Bande-annonce (2) VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:05
  • Flashdance Bande-annonce VO

    Flashdance Bande-annonce VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:18
  • 2012 Bande-annonce VO

    2012 Bande-annonce VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:55
  • Coup de torchon Bande-annonce VF

    Coup de torchon Bande-annonce VF

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:21
  • Arte - La rentrée 2017 des séries et fictions

    Arte - La rentrée 2017 des séries et fictions

    Logo de Allocine
    Allocine
    5:31
  • Solo: A Star Wars Story Teaser VO

    Solo: A Star Wars Story Teaser VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:29
  • Le Retour du Héros Bande-annonce VF

    Le Retour du Héros Bande-annonce VF

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:48
  • Une merveilleuse histoire du temps Bande-annonce VO

    Une merveilleuse histoire du temps Bande-annonce VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:30
  • Love, Simon Bande-annonce VF

    Love, Simon Bande-annonce VF

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:28
  • Les Choristes Bande-annonce VF

    Les Choristes Bande-annonce VF

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:32
  • Faux Raccord N°173 - Les gaffes et erreurs de Dany Boon

    Faux Raccord N°173 - Les gaffes et erreurs de Dany Boon

    Logo de Allocine
    Allocine
    5:59
  • La Ch’tite famille Bande-annonce VF

    La Ch’tite famille Bande-annonce VF

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:55
  • Aviez-vous remarqué ? Le Roi Lion

    Aviez-vous remarqué ? Le Roi Lion

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:46
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE
Vidéos suggérées
  • Les secrets du Labyrinthe avec l'équipe du Remède mortel

    Les secrets du Labyrinthe avec l'équipe du Remède mortel

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:48
  • Deadpool 2 Bande-annonce VO

    Deadpool 2 Bande-annonce VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:01
  • Sans un bruit Bande-annonce VO

    Sans un bruit Bande-annonce VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:49
  • La Forme de l'eau - The Shape of Water Bande-annonce (2) VO

    La Forme de l'eau - The Shape of Water Bande-annonce (2) VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:05
  • Flashdance Bande-annonce VO

    Flashdance Bande-annonce VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:18
  • 2012 Bande-annonce VO

    2012 Bande-annonce VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:55
  • Coup de torchon Bande-annonce VF

    Coup de torchon Bande-annonce VF

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:21
  • Arte - La rentrée 2017 des séries et fictions

    Arte - La rentrée 2017 des séries et fictions

    Logo de Allocine
    Allocine
    5:31
  • Solo: A Star Wars Story Teaser VO

    Solo: A Star Wars Story Teaser VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:29
  • Le Retour du Héros Bande-annonce VF

    Le Retour du Héros Bande-annonce VF

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:48
  • Une merveilleuse histoire du temps Bande-annonce VO

    Une merveilleuse histoire du temps Bande-annonce VO

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:30
  • Love, Simon Bande-annonce VF

    Love, Simon Bande-annonce VF

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:28
  • Les Choristes Bande-annonce VF

    Les Choristes Bande-annonce VF

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:32
  • Faux Raccord N°173 - Les gaffes et erreurs de Dany Boon

    Faux Raccord N°173 - Les gaffes et erreurs de Dany Boon

    Logo de Allocine
    Allocine
    5:59
  • La Ch’tite famille Bande-annonce VF

    La Ch’tite famille Bande-annonce VF

    Logo de Allocine
    Allocine
    1:55
  • Aviez-vous remarqué ? Le Roi Lion

    Aviez-vous remarqué ? Le Roi Lion

    Logo de Allocine
    Allocine
    2:46
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE
AlloCiné : Un enfant, des animaux, la neige : normalement, ce sont trois choses à éviter quand on réalise un film !Clovis Cornillac : En général, tu fais marrer tout le monde ! (Rires) Quand j’ai dit à mes pairs : "Mon prochain long métrage, ça va être à la montagne sous la neige avec un chien, des chiots et des enfants…", tu as l’impression de faire une vanne. C’est compliqué, c’est sûr, mais quand on fait un film, la question n’est pas que ce soit simple ou pas. La question, c’est d’être mû par quelque chose, d’être habité par l’idée de raconter une histoire et de fabriquer du cinéma. Se poser uniquement la question de la simplicité et de la rentabilité, ce n’est pas ma conception, ce n’est pas ce qui m’anime. Naïvement, je n’avais pas mesuré toutes ces difficultés : j’ai lu le scénario comme j’ai lu un Jack London. Faire un film d’aventures avec les animaux, la nature, des hommes, des enfants, un parcours initiatique… Après quand tu pars sur l’aventure, chaque étape est compliquée mais peu importe, on va les passer, on va trouver les solutions, on va avancer. Il faut emmener tout le monde sur ton territoire pour dire : "Les gars, soyons enthousiastes de faire ça, de fabriquer ça, parce que ça ne sera pas vide." C’est compliqué, oui, mais en même temps c’est une aventure en soi. Faire un film d’aventures sans vivre une aventure ce serait peut-être un peu étrange.Tchéky, "Belle et Sébastien" est la première franchise de votre riche carrière. Cela témoigne de votre attachement à ce personnage et à cet univers ?Tchéky Karyo : C’est vrai, c’est la première fois. Il y a une sorte de fidélité à la fois avec une équipe, avec des producteurs, avec des personnages, avec une nature aussi qui est extrêmement présente et qui court sur les trois films. C’est assez génial sur cinq ou six ans d’avoir rendez-vous avec ces saisons aussi vives qu’en Haute Maurienne, avec cette neige incroyable et ces lieux qui vous prennent dans les bras et qui peuvent vous massacrer dans la seconde qui suit. J’ai beaucoup aimé suivre ce parcours. Et puis découvrir des metteurs en scène différents qui ont chacun amené leur savoir-faire, leur histoire et leurs goûts, tour en respectant la franchise… avec franchise. (Rires)Le film a une approche très naïve et très sincère, mais dans le bon sens du terme, sans cynisme, comme une aventure "à l’ancienne"…Clovis Cornillac : Absolument. Ça s’apparente même plutôt à du premier degré. On est dans une époque où on fait les malins. Et où on segmente avec des cibles : "c’est un film pour les ados", "c’est un film pour les gamins", "c’est un film pour les vieux", "c’est un film pour les couples", "c’est un film pour les jeunes couples", etc… C’est exactement à l’opposé de ce que j’ai vécu au cinéma en tant que spectateur. Moi je pars dans le genre. Que ce soit une comédie, un western ou une aventure, justement. Ce dénominateur commun de l'aventure, c’était l’ambition du film. Je ne voulais en aucun cas faire un film lénifiant pour les enfants. J’ai trois enfants, j’ai vu plein de films avec eux, et je me suis souvent beaucoup ennuyé. Et je me suis demandé pourquoi… Pourquoi je ne peux pas partager un moment avec mes mômes où je suis au spectacle, où je vis quelque chose de fort, ou alors où je retombe en enfance ? Je n’avais pas envie que Sébastien soit mignon : je voulais qu’il soit beau, qu’il soit fort. Je voulais que le personnage de Belle ait une camaraderie intime avec cet enfant, comme le font les gens qui projettent quelque chose sur leur animal. Je voulais que César soit un héros magnifique, un type soi-disant âgé qui redevient une sorte de beauté qui nous emmène sur un territoire aventureux. Je voulais que la nature soit vraiment un personnage et pas une carte postale… Ces éléments nous parlent à tous. Il n’y a donc pas la problématique d’être malin. Je ne voulais pas tomber dans l’idée qu’une licence, c’est malin. J’avais envie que Belle et Sébastien 3 soit mon film. Sans prétention. S’il n’y a pas l’implication de faire un film avec une sincérité absolue, j’en suis incapable. Et c’est un film sincère. Et donc naïf. Au sein de l’aventure, le film mêle de nombreux autres genres : le western, le conte, le buddy-movie… Comment avez-vous appréhendé ce mélange des genres ?Clovis Cornillac : Je ne pourrais pas l’expliquer de manière totalement rationnelle. Face à un projet, je me constitue une grammaire filmique en me focalisant sur ce que je veux raconter dans chaque scène. Je ne couvre jamais une scène dans les tous axes et avec toutes les valeurs : je prends des risques. La réalisation et la mise en scène sont liés à une narration, à quelque chose qui habite le cinéaste qui raconte quelque chose dans une séquence, une manière de voir… Un point de vue, en fait. Dès lors, je dois forcément être habité de tous ces génies qui ont fait des films avant moi. Je n’invente rien, je suis sans doute un "remâcheur"… Mais un "remâcheur" sincère. Et je ne prends jamais la référence à froid. C’est après coup que je me dis -ou qu’on me dit comme vous le faites- qu’il y a du western, ou du Tati, ou du conte… Vous avez sans doute raison car j’aime tout ça, ça me raconte quelque chose. C’est donc quelque chose d’assez inconscient mais cohérent pour moi : une forme qui se fabrique à travers soi, mais qui est sûrement nourrie de tous les autres qui m’ont précédé. Cette notion de western par exemple, que je vois vraiment à l’arrivée, je ne l’ai jamais évoquée pendant le tournage.Tchéky Karyo : Ça vient beaucoup de la personnalité de Clovis, qui est quelqu’un de très pragmatique avec une forme d’innocence par rapport au métier. Lui-même est comme Félix, c’est un enfant de la balle. Il a un métier du diable comme on dit, et en même temps il parvient à garder une fraîcheur, une innocence et un regard sincère. Et comme c’est un grand cinéphile, il a une conscience des formes. Il a vite vu que ce scénario offrait la possibilité de créer une fable et d’être dans un genre proche du conte, avec ce méchant cruel à la manière de Cruella. C’est presque manichéen, c’est même expressionniste. J’ai beaucoup aimé avoir cette opportunité de pouvoir sortir d’un genre trop naturaliste : tout d’un coup, on est dans la fantaisie d’un cinéma qu’on aime de 7 à 77 ans.Belle et Sébastien 3 : le dernier chapitre, actuellement au cinéma AlloCiné : Un enfant, des animaux, la neige : normalement, ce sont trois choses à éviter quand on réalise un film !
Clovis Cornillac : En général, tu fais marrer tout le monde ! (Rires) Quand j’ai dit à mes pairs : "Mon prochain long métrage, ça va être à la montagne sous la neige avec un chien, des chiots et des enfants…", tu as l’impression de faire une vanne. C’est compliqué, c’est sûr, mais quand on fait un film, la question n’est pas que ce soit simple ou pas. La question, c’est d’être mû par quelque chose, d’être habité par l’idée de raconter une histoire et de fabriquer du cinéma. Se poser uniquement la question de la simplicité et de la rentabilité, ce n’est pas ma conception, ce n’est pas ce qui m’anime. Naïvement, je n’avais pas mesuré toutes ces difficultés : j’ai lu le scénario comme j’ai lu un Jack London. Faire un film d’aventures avec les animaux, la nature, des hommes, des enfants, un parcours initiatique… Après quand tu pars sur l’aventure, chaque étape est compliquée mais peu importe, on va les passer, on va trouver les solutions, on va avancer. Il faut emmener tout le monde sur ton territoire pour dire : "Les gars, soyons enthousiastes de faire ça, de fabriquer ça, parce que ça ne sera pas vide." C’est compliqué, oui, mais en même temps c’est une aventure en soi. Faire un film d’aventures sans vivre une aventure ce serait peut-être un peu étrange.

Tchéky, "Belle et Sébastien" est la première franchise de votre riche carrière. Cela témoigne de votre attachement à ce personnage et à cet univers ?
Tchéky Karyo : C’est vrai, c’est la première fois. Il y a une sorte de fidélité à la fois avec une équipe, avec des producteurs, avec des personnages, avec une nature aussi qui est extrêmement présente et qui court sur les trois films. C’est assez génial sur cinq ou six ans d’avoir rendez-vous avec ces saisons aussi vives qu’en Haute Maurienne, avec cette neige incroyable et ces lieux qui vous prennent dans les bras et qui peuvent vous massacrer dans la seconde qui suit. J’ai beaucoup aimé suivre ce parcours. Et puis découvrir des metteurs en scène différents qui ont chacun amené leur savoir-faire, leur histoire et leurs goûts, tour en respectant la franchise… avec franchise. (Rires)

Les femmes de Kihnu, sacrés tempéraments !

  Les femmes de Kihnu, sacrés tempéraments ! L'île de Kihnu fait l'objet d'une exposition gratuite à Paris. Elle met en avant ses habitantes, qui, dans le froid sibérien, gèrent leur vie sans homme à l'horizon.Vous cherchez l’originalité ? Vous aimez les femmes fortes, les beaux tissages et pas de police ? Et si vous alliez visiter Kihnu ? Cette île de 600 habitants au large de l’Estonie fait l’objet d’une belle exposition dans le 10ème, au centre Paris Anim animé par Camille Leboulanger. Le photographe globe-trotter Sébastien Leban, tombé amoureux de ces créaures uniques, a su capter avec ses clichés l’essence de cette culture matriarcale.

Réalisé par Clovis Cornillac. BELLE ET SÉBASTIEN 3 Le Dernier Chapitre Trailer VF © 2018 - Gaumont. ● Retrouvez chaque jour les meilleurs Trailers, FR & VOSTFR du cinéma et du gaming.

Découvrez la bande-annonce Deux ans ont passé. Sébastien est à l'aube de l'adolescence et Belle est devenue maman de trois adorables chiots. Pierre et



Le film a une approche très naïve et très sincère, mais dans le bon sens du terme, sans cynisme, comme une aventure "à l’ancienne"…
Clovis Cornillac : Absolument. Ça s’apparente même plutôt à du premier degré. On est dans une époque où on fait les malins. Et où on segmente avec des cibles : "c’est un film pour les ados", "c’est un film pour les gamins", "c’est un film pour les vieux", "c’est un film pour les couples", "c’est un film pour les jeunes couples", etc… C’est exactement à l’opposé de ce que j’ai vécu au cinéma en tant que spectateur. Moi je pars dans le genre. Que ce soit une comédie, un western ou une aventure, justement. Ce dénominateur commun de l'aventure, c’était l’ambition du film. Je ne voulais en aucun cas faire un film lénifiant pour les enfants. J’ai trois enfants, j’ai vu plein de films avec eux, et je me suis souvent beaucoup ennuyé. Et je me suis demandé pourquoi… Pourquoi je ne peux pas partager un moment avec mes mômes où je suis au spectacle, où je vis quelque chose de fort, ou alors où je retombe en enfance ? Je n’avais pas envie que Sébastien soit mignon : je voulais qu’il soit beau, qu’il soit fort. Je voulais que le personnage de Belle ait une camaraderie intime avec cet enfant, comme le font les gens qui projettent quelque chose sur leur animal. Je voulais que César soit un héros magnifique, un type soi-disant âgé qui redevient une sorte de beauté qui nous emmène sur un territoire aventureux. Je voulais que la nature soit vraiment un personnage et pas une carte postale… Ces éléments nous parlent à tous. Il n’y a donc pas la problématique d’être malin. Je ne voulais pas tomber dans l’idée qu’une licence, c’est malin. J’avais envie que Belle et Sébastien 3 soit mon film. Sans prétention. S’il n’y a pas l’implication de faire un film avec une sincérité absolue, j’en suis incapable. Et c’est un film sincère. Et donc naïf.

Au sein de l’aventure, le film mêle de nombreux autres genres : le western, le conte, le buddy-movie… Comment avez-vous appréhendé ce mélange des genres ?
Clovis Cornillac : Je ne pourrais pas l’expliquer de manière totalement rationnelle. Face à un projet, je me constitue une grammaire filmique en me focalisant sur ce que je veux raconter dans chaque scène. Je ne couvre jamais une scène dans les tous axes et avec toutes les valeurs : je prends des risques. La réalisation et la mise en scène sont liés à une narration, à quelque chose qui habite le cinéaste qui raconte quelque chose dans une séquence, une manière de voir… Un point de vue, en fait. Dès lors, je dois forcément être habité de tous ces génies qui ont fait des films avant moi. Je n’invente rien, je suis sans doute un "remâcheur"… Mais un "remâcheur" sincère. Et je ne prends jamais la référence à froid. C’est après coup que je me dis -ou qu’on me dit comme vous le faites- qu’il y a du western, ou du Tati, ou du conte… Vous avez sans doute raison car j’aime tout ça, ça me raconte quelque chose. C’est donc quelque chose d’assez inconscient mais cohérent pour moi : une forme qui se fabrique à travers soi, mais qui est sûrement nourrie de tous les autres qui m’ont précédé. Cette notion de western par exemple, que je vois vraiment à l’arrivée, je ne l’ai jamais évoquée pendant le tournage.

Clash : Patrick Sébastien traite Laurent Ruquier de “collabo”

  Clash : Patrick Sébastien traite Laurent Ruquier de “collabo” Interviewé par le journal du dimanche à l'occasion de son dernier one-man-show "Avant que j'oublie", Patrick Sébastien n'a pas épargné son confrère de France 2, Laurent Ruquier. L'humoriste, mais également présentateur de télévision et écrivain, Patrick Sébastien vient de commencer à présenter au public son nouveau spectacle seul-en-scène, "Avant que j'oublie". Dans les prochains mois, il sera également en tournée dans toute la France.

Populaire, aventure, famille. Director: Clovis Cornillac. Starring: Félix Bossuet, Tchéky Karyo, Clovis Cornillac.

Deux ans ont passé. Sébastien est à l'aube de l'adolescence et Belle est devenue maman de trois adorables chiots. Pierre et Angelina sont sur le point de se

Tchéky Karyo : Ça vient beaucoup de la personnalité de Clovis, qui est quelqu’un de très pragmatique avec une forme d’innocence par rapport au métier. Lui-même est comme Félix, c’est un enfant de la balle. Il a un métier du diable comme on dit, et en même temps il parvient à garder une fraîcheur, une innocence et un regard sincère. Et comme c’est un grand cinéphile, il a une conscience des formes. Il a vite vu que ce scénario offrait la possibilité de créer une fable et d’être dans un genre proche du conte, avec ce méchant cruel à la manière de Cruella. C’est presque manichéen, c’est même expressionniste. J’ai beaucoup aimé avoir cette opportunité de pouvoir sortir d’un genre trop naturaliste : tout d’un coup, on est dans la fantaisie d’un cinéma qu’on aime de 7 à 77 ans.

Belle et Sébastien 3 : le dernier chapitre, actuellement au cinéma

Rallye de Suède: Neuville reste en tête, Ogier 10e .
Le Belge Thierry Neuville (Hyundai i20) est resté en tête du rallye de Suède, deuxième manche de l'édition 2018 du Championnat du monde des rallyes (WRC), samedi soir, tandis que le Français Sébastien Ogier (M-Sport/Ford) remontait à la 10e place. Après l’ES16, la dernière spéciale de la journée, Neuville disposait de 22 secondes 7/10e d'avance sur son poursuivant, l’Irlandais Craig Breen (Citroën C3). Vient ensuite le Norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai i20), à 32 secondes de son coéquipier belge.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!