Finance Assurance vie : la chute des taux est généralisée, 90 contrats à la loupe

12:55  11 janvier  2017
12:55  11 janvier  2017 Source:   Capital

Plusieurs raisons à la hausse du tarif des assurances en 2017

  Plusieurs raisons à la hausse du tarif des assurances en 2017 Le comparateur d’offres d’assurance Hyperassur.com rappelle que les assureurs ont l’intention de rattraper deux ans d’une relative stagnation de leurs tarifs suite à la mise en place de la loi Hamon ... © Reuters Plusieurs raisons à la hausse du tarif des assurances en 2017 Conséquence de la hausse de la contribution de solidarité attentats et des inondations et autres intempéries survenues en 2016, les tarifs des assurances ont grimpé dès le 1er janvier 2017 de 0,5% à plus de 2,5% en moyenne dans l'automobile et entre 1% et 4% pour les cotisations habitation.

commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans

Tous vos contenus préférés. Un seul endroit. V | Max | MusiquePlus. Revoyez vos émissions et accédez à des contenus exclusifs. Une vie à la poubelle.

© REA: euro euros pièce monnaie argent BROZE © Tous droits réservés euro euros pièce monnaie argent BROZE

Coup de froid sur l’assurance vie. La publication des premiers taux 2016 par les assureurs confirme leur chute tant redoutée, comme le montre le tableau de notre partenaire, le site Goodvalueformoney, qui recense les performances des fonds en euros de près de 90 contrats d'assurance vie (voir en bas de l'article).

Certes, le dernier à dégainer, le groupe Covéa, limite (un peu) la casse avec un résultat de 2,50% pour GMF en 2016 (2,80% en 2015), 2,35% pour les contrats Winalto et Winalto Pro de la MAAF (2,75% en 2015), et enfin 2,01% (sans le bonus de 0,50%) chez MMA (2,35% sur les principaux contrats en 2015).

Un site pour retrouver les comptes bancaires oubliés

  Un site pour retrouver les comptes bancaires oubliés Ce service lancé par la Caisse des dépôts et accessible en quelques secondes concerne aussi les contrats d’assurance-vie en déshérence. L’épargne non-réclamée a été au cœur des préoccupations du gouvernement depuis 2013. Une loi a ainsi été adoptée en 2014 pour contraindre les banques à rechercher les détenteurs de comptes inactifs. Des mesures ont aussi été prises en matière Il faut dire que les enjeux sont de taille.

Veuillez patienter Assurance vie : 100 € offerts pour votre souscription au contrat BforBank Vie !

Avortement : 90 % des catholiques français y sont favorables SONDAGE

Toutefois, certains assureurs ont opté pour une baisse beaucoup plus importante, d’au moins 0,45 point. C’est le cas d’Apicil avec -0,70 point par rapport à 2015 (à 2,20%), ou encore de la Carac et de la Maif avec -0,45 point, soit respectivement 2,45% et 2,30% sur leurs contrats multisupports. D’autres descendent sous la barre des 2% comme le contrat Actiplus de la Macif qui n’affiche plus que 1,80% contre 2,40% l’an passé, soit une dégringolade de 0,60 point. Des résultats en phase avec la moyenne du marché attendue, puisque qu’elle devrait se situer en aux alentours de 1,95% pour 2016.

Mais quelques contrats se situent bien en dessous de cette moyenne. Ainsi, le fonds à coussin €uroCit d’AG2R La Mondiale, commercialisé via son contrat Terre de Vie et Terre d’Excellence n’affiche pour 2016 qu’un ridicule 0,25% de performance, soit un recul de 2,75 points par rapport à 2015 ! Pire : ce même fonds, lorsqu'il est commercialisé par certains CGP, affiche une performance nulle (contrat Diade Patrimoine vie). Pour ce fonds qui pèse environ 2 milliards d’euros, l’assureur a joué la prudence en suspendant sa commercialisation et les versements dès le 1er mars 2016, suite à la forte baisse du CAC 40 en début d’année. €uroCit dont une partie (18 %) est investie en OPCVM, sera à nouveau commercialisé, vient d’annoncer l’assureur.

Tous les assureurs n’ont pas encore publié leurs résultats. Parmi eux, les poids lourds du secteur comme les bancassureurs, devraient se situer pour l’essentiel en dessous de 2% hors bonus, pour les principaux contrats.

Sylvain Deshayes

Les nouvelles assurances dépendance valent-elles le coup ? .
Avec l’âge, le risque de dépendance augmentant, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur l’utilité ou non de souscrire une assurance dépendance. Leurs intentions sont louables : ne pas peser sur leur entourage, ne pas entamer un patrimoine qu’ils désirent transmettre à leurs enfants notamment. Par le passé, ce type de contrats a été souvent épinglé : clauses peu claires, évaluation compliquée de l’état de dépendance, couverture uniquement en cas de dépendance totale, revalorisations complexes des cotisations et des rentes, délais longs avant le déclenchement de l’indemnisation et surtout une souscription à fonds perdus si la dépendance ne se réalise pas…

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!