Finance Comment Paris se vend en refuge post-Brexit

13:05  17 juillet  2017
13:05  17 juillet  2017 Source:   challenges.fr

Comment le Brexit pourrait créer jusqu'à 20.000 emplois en France

  Comment le Brexit pourrait créer jusqu'à 20.000 emplois en France Le Brexit pourrait créer 20.000 emplois en FranceEdouard Philippe a annoncé vendredi une série de mesures pour renforcer l'attractivité de Paris auprès des entreprises et des institutions financières.

Le refuge forestier offre un abri aux promeneurs de la forêt jurassienne du Grand Risoux. D’un confort rustique, l’aménagement intérieur se limite à une table et un poêle à bois. La toiture du refuge est réalisée en « tavillons », petite tuile en sapin, matériau traditionnel de la région.

Dermabrasion se réfère au raclage de la peau pour enlever la couche supérieure, et donc toute imperfection qui peut contenir. En général, il sera un chirurgien qualifié qui bloquent la zone à gratter et ensuite gratter les cellules de la peau affectée.

Le gouvernement tente de convaincre les banques d’installer leurs salariés en France.

Bruno Le Maire, le 29 juin, à New York: Behar Anthony/Ddp Usa/Abaca © Behar Anthony/Ddp Usa/Abaca Behar Anthony/Ddp Usa/Abaca

Les 28 et 29 juin, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est rendu à New York pour convaincre les milieux d’affaires de l’attractivité retrouvée de la France. Au programme, des rencontres avec les patrons de Morgan Stanley, Citi-group et JP Morgan. L’objecif est de convaincre que Paris serait une excellente base de repli pour leurs activités européennes post-Brexit. « Nous sommes prêts à faire ce qui est nécessaire pour rendre la France plus attractive, que ce soit en matière sociale ou fiscale », a déclaré le ministre devant l’Economic Club de New York.

Paris futur pôle international de la finance verte, l’un des objectifs de Nicolas Hulot

  Paris futur pôle international de la finance verte, l’un des objectifs de Nicolas Hulot La France a quelques atouts en matière de finance climat, notamment grâce à son obligation souveraine verte de 7 milliards et à sa réglementation exigeante en matière de transparence des entreprises du secteur financier. Pour Philippe Zaouati, directeur général de Mirova et président de l’initiative « Finance for tomorrow », reste à capitaliser sur ces points forts et à les porter à l’échelle européenne.Depuis l'organisation du premier Climate Finance Day avec la Caisse des Dépôts et la Banque européenne d'investissement en amont de la COP en mai 2015, Paris a décidé de capitaliser sur ses atouts en matière de finance verte, dont l'obligation souveraine de 7 milliards d'euros émise en début d'année n'est qu'un des élém

Alors que se termine la conference du Commonwealth, en plein Brexit , Londres lorgne son ancienne famille d'outre-mer. Que peut-elle y trouver ?

http://xalimasn.com/qui- en -veut-a-adama- paris / Site de référence de l’actualité sénégalaise!

Avantage Francfort

L’offensive de charme n’est pas terminée. Les 11 et 12 juillet, c’est Edouard Philippe qui vient rencontrer les financiers et grands investisseurs lors du sommet annuel de Paris Europlace, pour leur annoncer de nouvelles mesures d’attractivité, notamment en matière de coût du travail, principal handicap de la France aux yeux des banques étrangères. Car les Français ne sont pas seuls : Dublin, Luxembourg et surtout Francfort se sont jetés dans la bataille. Et, ces dernières semaines, la place financière allemande semble engranger des points.

JP Morgan envisagerait ainsi de délocaliser un quart de ses effectifs du Royaume-Uni (16 000 personnes) vers l’Union européenne après le Brexit, mais vise Dublin, le Luxembourg et Francfort. Et Richard Gnodde, le patron de Goldman Sachs Europe, a annoncé dans la presse allemande qu’il pourrait doubler les effectifs de la banque à Francfort.

Mais rien n’est arrêté : « Si nos clients doivent servir leur clientèle à partir de l’intérieur de l’Europe, nous allons les relocaliser face à la clientèle, affirmait aussi Richard Gnodde. Comme certains de nos clients sont confrontés à une large gamme de marchés européens, nous aurons plus de gens à Madrid, plus à Milan, plus à Paris… » Le porte-parole d’un établissement non européen tempère : « Les grandes banques réfléchissent évidemment aux différents scénarios possibles, mais les décisions ne sont pas encore prises, cela dépendra de l’issue des négociations, qui viennent à peine de commencer. » Le moment est donc bien choisi pour une opération séduction.

Brexit : Citigroup déménagera (en partie) à Francfort .
Comme Morgan Stanley, la banque américaine a choisi l'Allemagne pour implanter son futur pôle européen en prévision de la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Le patron de la filiale l'a annoncé par mail à tous les salariés.« Si, à l'issue des négociations du Brexit, le Royaume-Uni perd l'accès au marché unique de l'UE, certains ajustements à notre modèle d'affaires seront nécessaires » prévient-il.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!