Finance Gestion : vers la fin des petites sociétés indépendantes ?

21:35  13 février  2018
21:35  13 février  2018 Source:   Le Monde

L'opticien Afflelou change de PDG dans un contexte incertain

  L'opticien Afflelou change de PDG dans un contexte incertain Frédéric Poux, dont le départ a été annoncé lundi, va être remplacé par Didier Pascual, l'actuel directeur général délégué. © ERIC PIERMONT/AFP Frédéric Poux était président-directeur général du groupe depuis 2012. Voilà une annonce qui risque de fragiliser un peu plus le groupe, numéro trois d'un marché en pleine mutation. L'opticien Alain Afflelou a annoncé lundi, dans un très bref communiqué, le départ immédiat «pour raisons personnelles» de son PDG Frédéric Poux qui était à la tête du groupe depuis 2012.

Oxygène, azote et hydrogène sont des petites molécules essentielles à la vie, la matière et À la fin des années 1980, profitant de sa longue implantation au Japon, Air Liquide met le cap sur les Dans certains cas, des négociations initialement orientées vers la vente d’équipement ont été finalisées par

Vers la navigation. En outre, la gestion administrative d'une telle société s'avère relativement lourde pour de petites structures (conseil d'administration, assemblée générale). Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le chapitre consacré aux sociétés coopératives.

La consolidation dans le secteur de la gestion des Sicav et Fonds communs de placement est en marche. Plusieurs petites structures ont été rachetées récemment.

En France, seulement 10 établissements gèrent plus de 150 milliards d’euros et 270 moins de 250 millions d’euros © SPENCER PLATT / AFP En France, seulement 10 établissements gèrent plus de 150 milliards d’euros et 270 moins de 250 millions d’euros

En 2017, les opérations de rapprochement des sociétés qui gèrent des fonds et des sicav se sont multipliées. Mais ce n’est peut-être rien à côté ce qui se prépare cette année. Mi-décembre, le Crédit ­mutuel Arkéa a pris 15 % du capital de Mandarine Gestion, à la faveur d’un retrait de la française Asset Management. « Depuis nos débuts, il y a dix ans, nos actionnaires sont des partenaires de conquête et de développement », précise Rémi Leservoisier, directeur général adjoint de Mandarine gestion. « Grâce à ce partenariat, nous allons bientôt atteindre les 5 milliards d’euros d’encours, seuil à partir duquel nous pouvons intéresser de nouveaux clients en Europe. »

Fonds d’actions : le grand écart des frais !

  Fonds d’actions : le grand écart des frais ! Une étude de l’AMF montre que les frais des OPCVM actions sont en moyenne voisins de 2%, mais peuvent dans certains cas grimper à plus de 6,5% Les données que vient de publier l’AMF datent certes de 2015. Toutefois, elles ont le mérite de mettre en lumière les frais facturés par les OPCVM. Au total, plus de 8.000 fonds ont été analysés dont la moitié de fonds d’actions.Ces derniers s’avèrent globalement les plus coûteux avec de surcroît des écarts spectaculaires. Hors ETF, la tarification moyenne est légèrement inférieure à 2%. Mais dans certains cas, les frais grimpent à plus de 6,5%.

de la qualité de gestion des ressources humaines des très petites entreprises (TPE) et des petites et le plus souvent autour de sociétés commerciales indépendantes à responsabilité limitée. l’État », compte tenu de possibles décalages de paiements de dépenses de la fin de gestion 2015 vers le

A la fin des années 90, après dix ans d’application de ce décret, a été fait le constat du sous-financement et de la précarité du secteur de ð 58% du chiffre d’affaires réalisé par les 20 premières sociétés indépendantes revient à des sociétés appartenant désormais à des groupes américains91

Peu avant, La Financière de ­l’Échiquier avait annoncé son rapprochement avec Primonial. En juin, Sanso ­Investment Solutions était né de la ­fusion d’Amaïka AM, Cedrus AM et 360Hixance AM. Il y eut également, au début de l’automne, les rumeurs d’une opération entre Axa Investment Managers et Natixis Global Asset Management. Et ce n’est sûrement pas fini.

Pour l’Association française de la gestion financière (AFG), ces mouvements de rapprochement vont dans le bon sens. Il y a 630 sociétés de gestion en France. Les encours gérés par les établissements vont de moins de 10 millions d’euros à environ 1 400 milliards d’euros pour Amundi, le numéro un européen. Et seulement 10 établissements gèrent plus de 150 milliards d’euros et 270 moins de 250 millions d’euros.

SCPI : un rendement de 4,43% en 2017

  SCPI : un rendement de 4,43% en 2017 La collecte est par ailleurs restée soutenue avec plus de 6 milliards d’euros sur l’année. 0,21 point. C’est la baisse de rendement enregistrée entre 2016 et 2017 par les SCPI. Selon un communiqué de l’Aspim (l’Association des professionnels du secteur), le rendement moyen a été de 4,43% l’an passé. Précisons que ce chiffre ne concerne que l’immobilier d’entreprise (bureaux, commerces, spécialisées, diversifiées).Ce tassement a deux raisons. D’un côté, le prix moyen des parts a progressé de 1,79%. De l’autre, les distributions ont été un peu moins généreuses (-3,28%).

À la fin du présent siècle, près de la moitié de l’humanité vivra dans les villes, et le monde du XXIe siècle sera en grande partie un monde urbain. Pour leur part, nombre de sociétés ont reconnu la nécessité de partager leurs compétences en matière de gestion et leur savoir-faire technique avec

Vers la navigation. Le droit des sociétés permet en effet de définir juridiquement la coopération avec un ou plusieurs partenaire(s). Les statuts stipulent les conventions passées en matière de gestion , de développement, etc.

Un univers très anglo-saxon

La nouvelle directive sur les marchés d’instruments financiers qui s’applique depuis le début de l’année est structurante. « Elle permet de relancer la gestion française au sein de l’Europe dans un univers très anglo-saxon et au moment du Brexit », se félicite Éric ­Pinon, président de l’AFG. « Ce texte réglementaire a l’avantage de montrer sous un nouveau jour les sociétés de gestion, de les dissocier de la distribution. Elles ne sont pas uniquement des vendeurs de produits ; elles offrent également des solutions d’épargne », martèle-t-il. Si la perspective de l’émergence de plus gros acteurs pour rivaliser avec leurs concurrents internationaux plaît au patron de la gestion française, il est en revanche plus inquiet sur le devenir des petites structures. « Les propositions de certaines d’entre elles ne rencontrent pas leur public. Elles vont devoir se ­repositionner », craint Eric Pinon.

Bruno Gazeau sur la SNCF : "On ne peut pas supprimer les petites lignes, sinon c'est la mort de la France" .
Bruno Gazeau, président de la la Fédération nationale des associations d'usagers des transports, appelle à une nouvelle organisation du travail, à l'ouverture à la concurrence et au maintien des petites lignes. © THOMAS SAMSON / AFP Bruno Gazeau sur la SNCF : "On ne peut pas supprimer les petites lignes, sinon c'est la mort de la France" Le rapport Spinetta sur l'avenir ferroviaire, remis jeudi au gouvernement, a fait trembler la SNCF, avec notamment des propositions sur les investissements, la fermeture de lignes et la refonte du statut des cheminots.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/finance/-77864-gestion-vers-la-fin-des-petites-societes-independantes/

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!