Entreprise Brexit : "un coup porté aux services financiers" de la City

07:20  13 juillet  2018
07:20  13 juillet  2018 Source:   latribune.fr

Emettre un green bond, c’est « faire quelque chose de bien pour la planète »

  Emettre un green bond, c’est « faire quelque chose de bien pour la planète » Responsable de l’activité d’obligations vertes chez Bank of America Merrill Lynch, le leader mondial en la matière, Suzanne Buchta est convaincue que de plus en plus de secteurs industriels et d’États vont eux aussi se lancer dans ce nouveau type de financement de projets à l’impact environnemental positif. De passage en France, elle nous livre ses réflexions sur l’évolution de ce marché naissant mais en forte croissance, malgré un contexte politique et de marchés plus difficile. Si la France est pionnière en matière de finance verte, c'est Bank of America Merrill Lynch qui a pris le leadership du côté des banques, les françaises Crédit Agricole et BNP Paribas étant toutefo

Après la rhétorique et les grandes déclarations politiques, le concret : à la suite du vote des Britanniques en faveur du Brexit , les déménagements de la City vers Paris ont commencé.

L'équipe de 35 spécialistes réunira 100 employés dans cinq ans pour permettre aux constructeurs automobiles de fournir des services de mobilité et de voiture connectée à leurs clients ATLANTA, 11 juillet Brexit : la place de Paris se dit « en pole position » pour les transferts.

Le secteur financier de Londres s'inquiète du régime d'équivalence amélioré envisagé par le gouvernement de Theresa May pour les services financiers après la sortie de l'Union européenne.

« Un véritable coup pour le secteur des services financiers » : les projets de Theresa May d'un « nouvel arrangement » ont été très fraîchement accueillis à la City, le cœur historique de la finance londonienne. Le secteur, qui espérait continuer de bénéficier du « passeport européen » qui lui donne accès à l'ensemble du marché unique, avec un agrément britannique et sans présence physique sur le continent, ne veut pas du régime d'équivalence amélioré par rapport à celui accordé à des pays tiers comme les États-Unis ou le Japon.

Brexit : la place de Paris se dit « en pole position » pour les transferts

  Brexit : la place de Paris se dit « en pole position » pour les transferts Bruno Le Maire a salué les efforts de Paris Europlace, l'association de promotion de la place financière, pour attirer les relocalisations liées au Brexit. Les transferts et créations de postes dans la capitale en lien avec la sortie du Royaume-Uni de l'UE devraient représenter 3.500 emplois dans la finance et grimper à 20.000 si l'on compte l'impact indirect.« Oui, Paris sera demain la première place financière d'Europe » a martelé Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances, devant un parterre d'une centaine de hauts dirigeants de la banque, l'assurance ou la gestion d'actifs, réunis ce mercredi aux Rencontres financières internationales annuelles de Paris Europlace, aux portes de la ca

En dégageant finalement un douloureux compromis en son sein sur le Brexit vendredi soir, le gouvernement britannique a fait un étonnant aveu par défaut: il a laissé tomber la City . Le Royaume-Uni souhaite en effet rester dans le marché unique pour les biens, pas pour les services .

Le gouvernement britannique a présenté jeudi les détails de sa proposition sur la relation commerciale post- Brexit qu’il souhaite mettre en place avec l’UE, et qui doit permettre une étroite coopération économique et sécuritaire.

« Le livre blanc sur le Brexit publié aujourd'hui est un véritable coup porté au secteur financier du Royaume-Uni et aux services qui lui sont associés », a réagi Catherine McGuinness, responsable des questions politiques à la City de Londres, dans un communiqué.

« Avec des liens commerciaux plus lâches avec l'Europe, le secteur des services financiers et des professions associées sera moins en mesure de créer des emplois, de générer des impôts et de soutenir la croissance de l'ensemble de l'économie. »

Le secteur de la finance (banques, assurances, gestion d'actifs, etc) emploie plus de 320.000 personnes dans le Grand Londres et 2,3 millions de personnes dans tout le Royaume-Uni, en incluant les emplois indirects.

« En tant que porte d'accès aux capitaux pour l'UE, le Royaume-Uni est un partenaire commercial important pour le bloc. Il est dans l'intérêt des ménages et des entreprises des deux côtés de la Manche qu'une future relation commerciale ambitieuse, couvrant à la fois les services et les biens, soit assurée », a ajouté Catherine McGuinness, soulignant que « le temps presse. »

Crédit Agricole réorganise sa banque de financement et d'investissement

  Crédit Agricole réorganise sa banque de financement et d'investissement La Banque verte annonce l'arrivée de Jacques Ripoll, ex-Santander ex-Société Générale, à la tête de sa BFI, de la gestion de fortune et des services aux institutionnels. Deux nouveaux directeurs généraux adjoints sont nommés, Jean-François Balaÿ (risques et contrôle) et Isabelle Girolami (marchés de capitaux). Entre la perspective du Brexit et les jeux de chaise musicale, une nouvelle génération de banquiers prend le pouvoir chez les grands acteurs de la place.

Brexit : à la City , le goutte-à-goutte des banquiers qui partent 7. Sans effet d’annonce spectaculaire, les départs se multiplient. Entre 5 000 et 10 000 financiers devraient quitter la City d’ici à mars 2019. Theresa May impose un « Brexit doux » aux europhobes de son gouvernement 27.

Theresa May prononçait à ce moment-là la phrase-clé de son grand discours sur le Brexit : « Nous ne chercherons pas à être membre du marché unique. C’est grâce au passeport que la City peut vendre ses produits financiers à travers toute l’UE.

« Regrettable et frustrant »

TheCityUK, le lobby de la profession financière, s'est montré également déçu. Il militait en faveur d'un régime plus favorable de « reconnaissance mutuelle », qui aurait eu quasiment les mêmes effets que le passeport européen : Londres et l'UE se seraient reconnu réciproquement leurs règles financières. Une idée fermement écartée à Bruxelles.

Le quartier de la City à Londres, où se concentre une partie des grandes institutions financières. © Fournis par La Tribune Le quartier de la City à Londres, où se concentre une partie des grandes institutions financières.

« La question primordiale pour les sociétés de services financiers et connexes est la capacité de continuer à servir les clients. La reconnaissance mutuelle aurait été le meilleur moyen d'y parvenir. Il est donc regrettable et frustrant que cette approche ait été abandonnée avant même d'arriver à la table des négociations » a réagi Miles Celic, le patron de TheCityUK.

Si la City n'a pas encore subi de délocalisations massives, les estimations de pertes d'emploi dans la finance varient entre quelques milliers (entre 5 et 10.000) et une centaine de milliers, en particulier si les métiers de la compensation sont touchés. Paris Europlace, l'association de promotion de la place financière de la capitale, estime à plus de 3.500 emplois transférés ou créés dans la finance liés au Brexit, et entre 10 et 30.000 les emplois indirects. Peu de relocalisations effectives ont eu lieu jusqu'ici. L'Autorité bancaire européenne, qui emploie environ 200 personnes, doit déménager de Londres à Paris d'ici à mars 2019.

L'Ukraine s'offre 55 hélicoptères d'Airbus Helicopters .
Le ministère de l'Intérieur ukrainien a acheté 55 hélicoptères civils au constructeur de Marignane. Le contrat est estimé à 558,3 millions d'euros.Nouveau succès à l'est pour Airbus Helicopters. Après la vente de 20 hélicoptères militaires H145 à la Hongrie fin juin, le constructeur de Marignane a signé samedi un contrat avec le ministère de l'Intérieur ukrainien pour la vente de 55 hélicoptères civils. Le contrat est estimé à 558,3 millions d'euros. Ce qui pourra consoler légèrement des déconvenues du groupe en Pologne et en Roumanie.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!