Entreprise 180 millions de déficit pour Autolib : le service de Bolloré peut-il être rentable ?

09:45  09 janvier  2017
09:45  09 janvier  2017 Source:   La Tribune

« Compte Nickel sera la première néobanque rentable »

  « Compte Nickel sera la première néobanque rentable » Près de trois ans après son lancement, le service de compte prépayé "sans banque", qui s’ouvre en ligne ou chez le buraliste, dépasse les 465.000 clients. La Fintech, qui a réalisé 20 millions d’euros de chiffre d’affaires, vise l’équilibre mi-2017 et 1 million de clients dans un an.L'entreprise derrière ce projet un peu fou, auquel aucun banquier ne croyait, la Financière des Paiements Electroniques (FPE), est en passe de s'imposer comme l'une des Fintech au démarrage le plus réussi en Europe. La startup, qui a levé 35 millions d'euros depuis sa création, notamment auprès du prestigieux fonds Partech Ventures, va fêter en février les trois ans du lancement commercial de Compte Nickel.

Si vous n' êtes pas automatiquement redirigé. Cliquez ici.

Site en maintenance. Veuillez nous écrire à l ’adresse contact@techmissus.com ou nous appeler au (+225) 2001-2034.

50.000, 60.000, 80.000 : quel est le nombre d'abonnés nécessaires à la rentabilité du service Autolib' ? La question se pose à l'heure de son cinquième anniversaire, alors que le système d'auto-partage du groupe Bolloré ne cesse de repousser l'échéance et les objectifs. Et malgré ses 100.000 abonnés, peine à atteindre un équilibre financier, comme le pointe une récente étude du cabinet 6t. Ainsi, selon les auteurs, les recettes ont beau croître, tout comme le nombre d'abonnés, les comptes de l'entreprise ne sont toujours pas dans le vert.

A la base, un an après son lancement, en novembre 2013, le groupe estimait que 50.000 abonnés seraient nécessaires pour rembourser "les charges annuelles", rappelle 6t. Mais début 2014, il était question de 60.000 abonnés pour atteindre l'équilibre financier. Avant d'évoquer 82.000 abonnés en 2015. Résultat, en 2016, Autolib' comptait plus de 130.000 abonnés à l'année, sans qu'un quelconque équilibre pointe à l'horizon.

Un gouffre financier

Et pour cause, si le nombre de véhicules augmente, le nombre de trajets, lui, diminue. Pour 6t, la chute du nombre de locations par abonnés est due à un effet de seuil structurel lié à la baisse de la disponibilité des voitures. Les auteurs de cette étude évoquent ainsi l'hypothèse d'un report modal de la part des usagers "découragés", qui, selon eux, ont perdu un certain "réflexe Autolib'". "Si la tendance perdure, elle pourrait constituer un véritable "plafond de verre" empêchant le service de d'atteindre l'équilibre financier", analyse 6t.

A ce stade, le service est largement déficitaire, d'après le compte rendu de la réunion du Bureau syndical d'Autolib' Métropole du 24 novembre 2016. Le groupe prévoit en effet une perte de quelque 179 millions, dont les deux tiers devraient être payées par les contribuables. Cela s'explique par la clause imposée par Vincent Bolloré dans le contrat de délégation de service public qui plafonne les pertes cumulées à 60 millions d'euros. Ce plafond pourrait d'ailleurs être relevé, selon la Présidente de séance Marie-Pierre de la Gontrie.

Une récente enquête du cabinet d'étude 6t évoque une chute du nombre de locations par abonnés, qui serait due à un effet de seuil structurel lié à la baisse de la disponibilité des voitures. Les auteurs émettent ainsi l'hypothèse d'un report modal de la part des usagers © Fournis par La Tribune Une récente enquête du cabinet d'étude 6t évoque une chute du nombre de locations par abonnés, qui serait due à un effet de seuil structurel lié à la baisse de la disponibilité des voitures. Les auteurs émettent ainsi l'hypothèse d'un report modal de la part des usagers "découragés", qui, selon eux, auraient perdu un certain "réflexe Autolib'"

Des pistes de réflexion

En attendant, si le montant d'un tel déficit était confirmé, il pourrait toutefois être réduit, d'après la présidente de séance. Celle-ci a par exemple évoqué la possibilité de prolonger la délégation de service public (DSP) qui pourrait passer de 18 mois à deux ans. En outre, la fermeture des stations économiquement non rentables permettrait de réaliser 13 millions d'euros d'économies. Ce serait cependant sans compter le coût de démontage de ces stations qui s'élèverait à 6 millions d'euros selon les premières estimations.

Reste que pour le cabinet 6t, plusieurs options peuvent être envisagées "si l'on ne veut pas voir disparaître les Autolib' des rues parisiennes". Il suggère entre autres un financement pris sur les impôts locaux, ou une hausse des tarifs pour les usagers. "C'est peut-être la solution la plus équitable lorsque l'on sait que les usagers d'Autolib' ont des revenus supérieurs de 27% à la moyenne des ménages parisiens et qu'un kilomètre en Autolib' leur coûte en moyenne" moins cher qu'un kilomètre en taxi, conclut-il.

« Compte Nickel sera la première néobanque rentable » .
Près de trois ans après son lancement, le service de compte prépayé "sans banque", qui s’ouvre en ligne ou chez le buraliste, dépasse les 465.000 clients. La Fintech, qui a réalisé 20 millions d’euros de chiffre d’affaires, vise l’équilibre mi-2017 et 1 million de clients dans un an.L'entreprise derrière ce projet un peu fou, auquel aucun banquier ne croyait, la Financière des Paiements Electroniques (FPE), est en passe de s'imposer comme l'une des Fintech au démarrage le plus réussi en Europe. La startup, qui a levé 35 millions d'euros depuis sa création, notamment auprès du prestigieux fonds Partech Ventures, va fêter en février les trois ans du lancement commercial de Compte Nickel.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!