Entreprise Agriculture digitale: comment Atos et TerraNis tirent ensemble profit des satellites

12:15  17 juillet  2017
12:15  17 juillet  2017 Source:   La Tribune

"Aux Etats-Unis, la Food Tech est présente tout au long de la chaîne de valeur"

  Presque 3 milliards de dollars d'investissement dans les startups de livraison de repas, plusieurs centaines dans celles facilitant la vie des consommateurs ou élaborant carrément des nouveaux aliments. La Food Tech américaine est florissante, analyse Matthieu Soule, analyste stratégique de l'Atelier BNP Paribas qui a consacré une étude au phénomène. Mais, pour l'instant, elle se concentre sur la conquête du marché domestique.MATTHIEU SOULE - Aux Etats-Unis comme en France, le grand public prend de plus en plus conscience des enjeux de l'alimentation en matière de santé et d'environnement.

x. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira pour démarrer votre application iTunes.

Le potentiel du big data issu de l'observation de la Terre par les satellites Sentinel, fourni en open source par l'Agence spatiale européenne, attire les grands des services numériques vers des terrains inexplorés. Jusqu'à l'agriculture, où l'arrivée du digital en tant qu'outil d'aide à la décision nourrit l'espoir d'une quatrième révolution agricole. C'est le cas notamment d'Atos qui, dans le cadre d'un programme financé en tant que Projet d'investissement d'avenir par le Commissariat général à l'investissement, SparkIndata, a tissé une collaboration avec une startup de Toulouse, TerraNis, spécialisée dans le développement de services aux agriculteurs basés sur la télédétection.

RATP: Catherine Guillouard devrait succéder à Elisabeth Borne

  RATP: Catherine Guillouard devrait succéder à Elisabeth Borne Catherine Guillouard a été nommée mardi administratrice de la RATP par décret ministériel et, est ainsi pressentie pour prendre la tête du groupe public d'ici à la fin du mois. Elle succédera à Elisabeth Borne, nommée ministre des Transports.Elisabeth Borne, 56 ans, qui dirigeait depuis deux ans la RATP, a rejoint en mai le nouveau gouvernement. Cette ingénieure, haut-fonctionnaire marquée à gauche et proche de Ségolène Royal, était, elle, passée par la Mairie de Paris et la SNCF. Du coup c'est Marie-Anne Bacot, membre du conseil d'administration du groupe public, qui avait pris les rênes de la RATP par intérim.

ERREUR n°6 Fichier : /var/www/html/html2pdf.class.php Ligne : 1319. Impossible de charger l'image.

Échangeons en direct Les différentes plateformes pour débattre ensemble , discuter et rester informé de l'actualité relative au recrutement SNCF. Open Innovation SNCF favorise des idées digitales porteuses.

Des enjeux sociétaux et de marché

Lancée il y a trois ans, SparkIndata est une plate-forme développée par Atos pour traiter l'ensemble des données satellites, de celles relatives à la météo aux informations concernant les sols et les couches terrestres profondes. Conçu afin de favoriser l'émergence de nouveaux services dans l'ensemble des secteurs potentiellement concernés par ces données, le projet réunit un ensemble de partenaires, institutionnels comme privés, chapeautés par Atos. "Nous avons besoins de leurs compétences pour construire et enrichir des algorithmes adaptés aux besoins des diverses verticales", explique Dominique Grelet, à la tête d'Atos Codex, offre de solutions visant à permettre aux organisations d'optimiser la valeur de leurs données, dont  SparkIndata fait partie.

Numérique : comment réduire son impact énergétique au bureau

  Numérique : comment réduire son impact énergétique au bureau L’Ademe a publié récemment une série de recommandations afin de limiter l’impact énergétique généré par l’utilisation des outils numériques en entreprise.« Nous en sommes tous tellement équipés de ces outils que l'on ne se pose pas la question de savoir si l'on peut économiser un peu d'énergie en les utilisant », explique Florence Clément, chargé de l'information à l'Ademe.

Liseuse documents eyrolles. Chapitre 3 - Vue d' ensemble des éditeurs.

Tous vos contenus préférés. Un seul endroit. V | Max | MusiquePlus. Revoyez vos émissions et accédez à des contenus exclusifs.

© Fournis par La Tribune "En agriculture l'utilisation des big data dépasse les applications purement consuméristes, pour toucher à des enjeux concernant l'ensemble de la société", souligne Dominique Grelet, qui dirige le projet chez Atos.

TerraNis, grâce à son expertise dans la transformation d'images en outils de décision pour les agriculteurs, est justement l'un de ces partenaires "complémentaires". Elle agit de surcroît dans un secteur clé puisque "en agriculture l'utilisation du big data dépasse les applications purement consuméristes, pour toucher à des enjeux concernant l'ensemble de la société", souligne Dominique Grelet : production d'aliments suffisants pour une population mondiale grandissante, réduction des intrants, rentabilité accrue des plantations. Sans compter le "très gros potentiel de marché de la numérisation dans l'ensemble de la chaîne agro-alimentaire", ajoute le dirigeant d'Atos.

Renflouée, Monte Paschi va-t-elle fermer en France ?

  Renflouée, Monte Paschi va-t-elle fermer en France ? Les 275 salariés de la banque italienne, qui va se recentrer sur son marché national, s'inquiètent. Le syndicat FO a écrit au président Macron pour l'alerter.Peu a été dit sur les implantations à l'étranger de la banque toscane, qui avait établi en 1990 une filiale dans l'Hexagone et compte une quinzaine d'agences ou centres d'affaires à Paris dans les quartiers chics et essentiellement dans le Sud de la France (Cannes, Nice, Marseille, Menton). Les 275 salariés de Monte Paschi Banque SA s'inquiètent de leur sort.

Évaluation. Bureau des affaires juridiques et de l'Éthique. Départements et Bureaux de la FAO. Agriculture et protection des consommateurs. Développement économique et social. Pêches et aquaculture.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

Les images satellitaires triées en fonction de leur intérêt

La startup toulousaine profite pour sa part de la puissance de la plate-forme, rendue possible grâce aux compétences informatiques et aux moyens financiers d'Atos.

"Normalement, nous téléchargeons et traitons en local les images que nous exploitons. Mais face aux pétaoctets de données transmises en continu par les satellites, une telle démarche n'est plus possible. Nous avons besoin de recourir à des algorithmes dotés d'une capacité de calcul suffisante pour trier les images en fonction de l'intérêt des données qu'elles contiennent, et de pouvoir ensuite les traiter directement sur la plate-forme. Or, c'est ce que permet justement SparkIndata", explique David Hello, PDG de l'entreprise.

TerraNis espère par ailleurs que le partenariat lui permettra de développer une solution industrielle exploitable en dehors du projet.

L'intégration de nouvelles données en vue

Bien que la période du premier financement, initiée il y a trois ans, doit se terminer en décembre 2017, le programme continuera en effet d'être développé, voire élargi, assure Dominique Grelet. Jusqu'à présent axée sur les données satellitaires, la plate-forme est en effet compatible avec l'intégration de nouvelles sources d'informations, telles que les drones et les capteurs, de plus en plus utilisés notamment en agriculture. "En agriculture comme dans d'autres domaines, la création de valeur viendra du  partage et du croisement des données", souligne le dirigeant. De nouveaux partenariats pourraient être noués en conséquence.

Une bonne nouvelle pour TerraNis, qui exploite déjà toutes sortes d'informations, y compris celles fournies par les agriculteurs eux-mêmes. "Les satellites couvrent des larges zones à un coût faible voire nul et permettent une observation des terrains sur le long terme, mais leur résolution ne va pas au-delà des 20 mètres. Or, les drones couvrent des zones plus petites mais fournissent des données centimétriques, utiles par exemple pour surveiller le développement de maladies", précise David Hello. "L'imagerie satellitaire et celle venant des drones sont absolument complémentaires."

"Il y a des risques de non-prise en charge de patients si le système ne bouge pas" .
En quinze ans, Medtronic a multiplié son chiffre d'affaires par quatre et est devenu le premier fabricant mondial de technologies médicales. La société ne vise plus d'acquisitions géantes, mais cherche à développer des innovations organisationnelles. En parallèle, elle a créé un think tank pour réclamer la mise en place d'un nouveau modèle de prise en charge des technologies médicales et du patient au sein du système de santé français, explique Laurence Comte-Arassus, présidente de Medtronic France.LAURENCE COMTE-ARASSUS - Notre objectif n'est pas de réaliser de grosses acquisitions.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!