Entreprise Blablacar: pourquoi Mazzella passe le volant à Brusson

17:10  17 juillet  2017
17:10  17 juillet  2017 Source:   La Tribune

Exportation armement : la France ne bat pas son record en 2016

  Exportation armement : la France ne bat pas son record en 2016 Selon le rapport au Parlement 2017 sur les exportations d'armement, la France a enregistré en 2016 pour un peu moins de 14 milliards d'euros de commandes de systèmes d'armes."Avec 14 milliards de prises de commande en 2016, l'équipe France confirme son efficacité pour faire rayonner à l'international l'expertise et le savoir-faire français", a d'ailleurs confirmé le ministère des Armées. "Alors que la France réalisait 4 à 7 milliards d'euros de prises de commande avant 2014, l'année 2016 confirme les succès à l'exportation, avec 14 milliards d'euros de prises de commande, qui s'inscrivent dans l'ordre de grandeur de l'année 2015", a précisé le ministère.

Désolé, le forum est en maintenance. Revenez plus tard.

Mot de passe invalide. Mot de passe oublié ?

Tournant stratégique pour Blablacar. Depuis l'automne, Frédéric Mazzella, le fondateur de la licorne française Blablacar - startup valorisée plus d'un milliard de dollars -, leader du covoiturage, a annoncé se mettre un tantinet en retrait, préférant confier les rênes de l'entreprise dont il reste Président, à Nicolas Brusson, cofondateur, afin de se consacrer à de nouveaux projets comme Blablalines.

Jusqu'à présent, c'était Frédéric Mazzella qui prêtait son visage à la plateforme de covoiturage. Rompu à l'exercice, il expliquait encore récemment à La Tribune la stratégie d'implantation de l'entreprise à l'international :

Bourse : rude semaine pour Tesla

  Bourse : rude semaine pour Tesla Le groupe automobile a connu ce jeudi une forte baisse de son action, pour la troisième journée consécutive. Les résultats moyens des derniers tests de sécurité du Model S mais aussi des livraisons moins bonnes que prévu expliquent cette baisse.Avec une chute du titre Tesla de près de 6% sur la journée de jeudi, l'entreprise connaissait pour la troisième fois consécutive une clôture à la baisse. Cette dernière, matérialisée par le prix de l'action qui ne cessait de descendre pour atteindre 307,94 dollars est due principalement à la baisse de confiance des investisseurs.

Référencement gratuit : annuaire, forum, logiciel et outils Le classement par la qualité Notez 2 sites, 5 webmasters noteront le vôtre.

Courriel : Mot de passe : Se souvenir de moi ? Je m'inscris ! Pourquoi s'inscrire ?

"À sept reprises, nous sommes passés par de "l'acqui-hiring", qui consiste à recruter une équipe déjà existante sur place en s'associant avec des startups locales. On se lie à une équipe locale autonome motivée et déjà convaincue par le service. Nous amenons à ces équipes le financement et les méthodes de croissance, ça va plus vite. Quand ce n'est pas possible, on fonctionne sous forme de spin off ou on recrute des managers sur place, mais c'est plus compliqué."

A chacun sa spécialité. Le volet innovation pour Frédéric Mazzella (photo) et la stratégie de développement pour Nicolas Brusson. © Fournis par La Tribune A chacun sa spécialité. Le volet innovation pour Frédéric Mazzella (photo) et la stratégie de développement pour Nicolas Brusson.

Désormais, c'est Nicolas Brusson, qui dirigera l'entreprise. C'est d'ailleurs lui qui a mené les trois dernières levées de fonds. A chacun sa spécialité. Le volet innovation pour Frédéric Mazzella et la stratégie de développement pour Nicolas Brusson.

Covoiturage: la jeune pousse GoMore lève 5 millions d'euros auprès de la Macif

  Covoiturage: la jeune pousse GoMore lève 5 millions d'euros auprès de la Macif L'un des concurrents européens de BlaBlaCar a bouclé un nouveau tour de table auprès de l'assureur."Grâce à cette levée de fonds, nous accélérons notre développement en France et renforçons notre ambition d'être l'un des leaders de la nouvelle mobilité", commente Sevan Marian, Directeur France de GoMore.

Média. Writer : Florent Volant , Claude Péloquin, Michel Sylvain. Album : Katak, 2003.

Un modèle économique fragile

Cependant, le modèle économique de l'entreprise n'en reste pas moins fragile. Il faut dire qu'entre les autres acteurs du covoiturage, qui proposent parfois des trajets gratuits comme la danoise Gomore, la politique de tarifs low cost de la SNCF pour ses TGV Ouigo et les tarifs ultra compétitifs des cars "Macron", la concurrence est plus que rude.

Cependant, "Blablacar tire son seul avantage compétitif d'une forte différence de prix par rapport au train vis-à-vis duquel il s'est positionné en concurrence frontale. Cela a marché au début. Mais il faut compter avec les autocars Macron désormais", analyse Jean-Marie Carrara, professeur associé spécialisé dans les mobilités à l'université de Lille. Il pointe en outre la masse salariale excessive de la jeune pousse qui emploie actuellement 500 personnes, dont 350 à Paris, au siège de l'entreprise, près de la place de la Bourse, dans un bâtiment partagé avec Facebook. 150 personnes travaillent à l'étranger dans 21 bureaux. "La masse salariale ne devrait pas dépasser dix personne en France, et une soixantaine au total dans les six pays où est présente l'entreprise, compte tenu des économies d'échelle", poursuit Jean-Marie Carrara, expliquant ainsi le problème pesant sur l'efficacité économique de l'entreprise.

Après deux énormes deals ratés, Sanofi réalise une acquisition modeste

  Après deux énormes deals ratés, Sanofi réalise une acquisition modeste Après s'être fait souffler les biotechs Medivation et Actelion par Pfizer et Johnson & Johnson, Sanofi est en passe de mettre la main sur Protein Sciences, spécialiste des vaccins contre la grippe, pour quelques centaines de millions d'euros. Le géant français tarde à réaliser une opération majeure, notamment pour développer son activité oncologie.Sanofi va ainsi renforcer son portefeuille vaccin. Cette activité, qui a rapporté plus de 4,5 milliards d'euros en 2016 au laboratoire, enregistre une croissance annuelle de 8,8%. Et ce, notamment grâce à ses vaccins contre la grippe. Ils ont généré 1,52 milliard d'euros, une année record pour le groupe, avec une croissance de 16,6%.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

"Mot de passe " oublié? Cliquez ici. Login: Mot de passe : Si non, inscrivez vous.

Lire aussi : Pourquoi Blablacar casse les prix cet été

D'ailleurs, preuve que le roi du covoiturage peine à l'étranger, un article publié au mois de mai par Capital évoquait la fermeture des bureaux de Blablacar en Inde, en Turquie et au Mexique. Des marchés que Nicolas Brusson, co-fondateur et DG de la jeune pousse estimait prometteurs dans une interview accordée aux Echos. Pas tant que ça finalement, semblerait-il. De plus, la licorne est fortement bousculée en Russie, par son concurrent local BeepCar, alors que ce pays était censé devenir son premier marché devant la France !

Diversification produit et recentrage sur la France

C'est pourquoi la jeune pousse s'est recentrée sur la France et y a diversifié son activité. Elle a ainsi annoncé début mai un nouveau service de covoiturage domicile-travail baptisé Blablalines et auquel se consacrera Frédéric Mazzella désormais. L'entrepreneur retourne en quelque sorte à ses premières amours.

Un mois auparavant, Blablacar avait déjà annoncé une nouveauté : le lancement d'une offre de location de véhicules longue durée. De quoi faire penser au modèle de sa concurrente danoise Gomore, fondée par deux philosophes, ayant fraîchement jeté l'ancre en France, après s'être imposée comme leader en Scandinavie.

Anticancéreux : le dosage, une stratégie lucrative des labos .
Le dosage unique de anticancéreux Keytruda par patient, validé par la FDA, pourrait coûter près de 1 milliard de dollars supplémentaire par an au système de santé américain, selon une étude. Un système avantageux pour le laboratoire qui, lui, dit lutter contre les gaspillages induit par des doses personnalisées.L'anticancéreux de MSD n'est pas le seul à être passé d'une dose personnalisée à une dose fixe aux Etats-Unis. La FDA avait validé une modification de ce type l'année dernière pour l'Opdivo (nivolumab), un traitement du laboratoire BMS, et concurrent du Keytruda utilisé contre les mélanomes avancés, les cancers du poumon notamment.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/finance/entreprise/-53796-blablacar-pourquoi-mazzella-passe-le-volant-a-brusson/

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!