France Le terme "Sécurité sociale" supprimé de la Constitution

14:30  05 juillet  2018
14:30  05 juillet  2018 Source:   lexpress.fr

"Docteur, vous n'existez pas !": un bug informatique prive des centaines de patients de remboursements

  Un bug survenu en novembre a fait disparaître un médecin du Val-de-Marne du logiciel de la Sécurité sociale, privant des centaines de patients de leurs remboursements. Sollicitée par France Bleu Paris, la Caisse nationale d'assurance maladie n'était pas en mesure, à cette heure, de préciser s'il s'agit d'un cas isolé.C'est une situation ubuesque à laquelle a dû faire face une médecin du Val-de-Marne qui n'existe plus dans les registres de la Sécurité sociale. De retour de son congé maternité en novembre dernier, le Dr Laëtitia Delayac réalise que le nombre de patients enregistrés par le logiciel de la Sécurité sociale n'est pas le bon. "Docteur, on ne comprend pas, vous n'existez pas...

Un mot, dans une Constitution , ça compte énormément. Les fondamentaux d’un pays peuvent être balayés en s’attaquant à quelques lettres. La Macronie s’y emploie : elle a décidé de supprimer toute référence à la Sécurité sociale dans la Constitution .

La CFDT et Force ouvrière se sont opposées mercredi à la suppression de la référence à la Sécurité sociale dans le projet de réforme de la Constitution , FO évoquant "une faute historique" qui "constitutionnaliserait la mort de la Sécu".

Les partenaires sociaux ainsi que l'opposition évoquent une faute qui "constitutionnaliserait la fin de la Sécu".

L'assemblée nationale, le 26 juin 2018 à Paris © afp.com/Thomas SAMSON L'assemblée nationale, le 26 juin 2018 à Paris

Le terme "Sécurité sociale" pourrait disparaître de la Constitution. Lors de l'examen du projet de loi constitutionnel à l'Assemblée nationale, la commission des Lois a accepté un amendement d'Olivier Véran de La République en Marche. Celui-ci ne mentionne plus "les lois de financement de la Sécurité sociale" mais de la "protection" sociale. L'objectif affiché avec cet amendement est d'"étendre le champ de la loi de financement en l'étendant à la protection sociale".

Vers la disparition du mot "race" de la Constitution française

  Vers la disparition du mot La commission des Lois de l'Assemblée nationale a adopté mercredi un amendement visant à supprimer le mot "race" de la Constitution française et à y inclure une référence à l'égalité entre les femmes et les hommes. "La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction de sexe, d'origine ou de religion", lit-on dans la nouvelle version de l'article 1er, qui devra être approuvée en séance publique au Palais-Bourbon.Le mot "race" figure actuellement entre l'origine et la religion dans l'énumération.

Paris - La CFDT et Force ouvrière se sont opposées mercredi à la suppression de la référence à la Sécurité sociale dans le projet de réforme de la Constitution , FO évoquant "une faute historique" qui "constitutionnaliserait la mort de la Sécu".

La Macronie veut supprimer la Sécu de la Constitution . Les députés LREM ont voté en commission des Lois la transformation de la « sécurité sociale » en Politique. Pierre-Yves Chanu : « Ça représente un changement de système ».

Cet amendement a provoqué la colère de plusieurs partenaires sociaux, la CFDT et FO notamment, mais aussi de plusieurs personnalités politiques. Ce "n'est pas indispensable" et c'est "dangereux", a réagi Jocelyne Cabanal, membre de la direction de la CFDT. "On s'oppose à cet amendement. Un texte constitutionnel ne doit pas laisser la moindre ambiguïté sur le sens des modifications apportées et ce n'est pas du tout le cas des évolutions envisagées", a-t-elle ajouté. Dans un communiqué, Force Ouvrière "condamne et s'oppose à cette modification imposée, sans concertation, si lourde de sens et de conséquences". Pour le syndicat, "cette transformation serait une faute historique, ce serait constitutionnaliser la mort de la Sécu !".

L'Assemblée vote la fin du mot "race" et de la "distinction de sexe" dans la Constitution

  L'Assemblée vote la fin du mot Ces deux amendements ont été votés à l'unanimité mercredi par les députés en commission. © afp.com/JOEL SAGET L'article 1er de la Constitution française Les députés ont supprimé mercredi à l'unanimité, en commission, le mot "race" de l'article 1er de la Constitution et y ont également introduit l'interdiction de "distinction de sexe".

Un mot, dans une Constitution , ça compte énormément. Les fondamentaux d’un pays peuvent être balayés en s’attaquant à quelques lettres. La Macronie s’y emploie : elle a décidé de supprimer toute référence à la Sécurité sociale dans la Constitution .

Lors de l 'examen du projet de loi constitutionnel à l'Assemblée nationale, la commission des Lois a accepté un amendement d'Olivier Véran (LREM), mentionnant non plus "les lois de financement de la Sécurité sociale " mais de la "protection" sociale / AFP/Archives.

La fin de la "protection sociale à la française"

Mardi, des députés communistes, farouchement opposés à la révision constitutionnelle, se sont également alarmés de cette suppression, y voyant une confirmation de la volonté d'en finir avec "l'universalité de la protection sociale à la française". "Cela prépare à la fin de l'universalité de la protection sociale à la française. Le gouvernement veut détruire notre système de haut niveau financé par la cotisation pour ouvrir la porte au modèle anglo-saxon", a indiqué à l'Humanité le député communiste Sébastien Jumel.

Mercredi, les députés Insoumis ont aussi estimé qu'il serait "dangereux de minorer l'importance de ce changement sémantique, véritable changement de paradigme social", appelant dans un communiqué "à un sursaut citoyen pour préserver le lien (entre) Sécurité Sociale et République".

Des élus d'autres partis d'opposition se sont également indignés de cet amendement. "Notre modèle social est bien trop important dans la vie de chacun pour prendre le risque de le reformer en catimini au détour d'un amendement, en séance de nuit, sans débat et sans l'annoncer aux Français-es", écrit sur Twitter Boris Vallaud,député PS de la 3ème circonscription des Landes.

Les députés votent la suppression le mot «race» de la Constitution

  Les députés votent la suppression le mot «race» de la Constitution L'idée de biffer le terme de l'article premier de la loi fondamentale faisait relativement consensus. Un autre amendement au projet de loi constitutionnelle introduit l'égalité devant la loi «sans distinction de sexe». Depuis le début des débats sur le projet de loi constitutionnelle, les députés sont plutôt tentés d’enrichir tous azimuts l’article premier de la Constitution… Une fois n’est pas coutume, mercredi matin en commission des lois, ils se sont, à l’inverse, largement accordés pour retirer un terme de cet article qui condense les valeurs fondamentales de la République. Celui de «race». Selon l’article premier de la loi fondamentale, la République «assure l’égalité devant la loi de

La Constitution de 1958 en 20 questions. Les révisions constitutionnelles. Les Constitutions de la France. Les projets de loi de finances et de loi de financement de la sécurité sociale sont soumis en premier lieu à l'Assemblée nationale.

Le terme sécurité sociale , ou protection sociale, désigne la sécurité du citoyen face aux aléas contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain, à La Sécurité sociale figure explicitement dans le préambule de la constitution de la Quatrième

Même son de cloque du côté du Rassemblement National. "Tranquillement le député LREM Olivier Véran, fait voter un amendement supprimant 'la sécurité sociale' de la Constitution...la déconstruction du modèle social français est en marche!", a écrit Sébastien Chenu, porte-parole du parti.

Le député Olivier Véran, a affirmé pour sa part qu'il est "totalement faux de dire qu'on supprime la Sécurité sociale de la Constitution". "La Sécu fait partie de la Constitution, elle y reste", a-t-il insisté. "La modification ne concerne pas la Sécu mais la loi de financement de la Sécurité sociale", a-t-il affirmé, soulignant que la partie de l'article 34 de la Loi fondamentale qui inscrit la Sécurité sociale est inchangée. Il ajoute que l'idée est d'autoriser le Parlement à "se saisir de l'ensemble des questions qui traitent de la protection sociale", notamment la dépendance.

RTL supprime la chronique matinale d'Eric Zemmour ! .
Le journaliste sulfureux Eric Zemmour serait-il petit à petit en train de se faire écarter de RTL ? Ce qui est certain c'est que son billet matinal sera supprimé dès le mois de septembreLa chronique matinale d'Eric Zemmour en alternance avec Nicolas Domenach sur RTL sera supprimée dès la rentrée. D'après le Parisien, la radio du groupe M6 a décidé d’arrêter "On n’est pas forcément d’accord", le billet proposé chaque matin par l'ancien duettiste d'On n'est pas couché. Le polémiste et ses diverses sorties controversées ne faisaient pas l'unanimité au sein de RTL qui a été rappelée à l’ordre à quatre reprises par le CSA depuis 2012 après des propos du journaliste sur son antenne.⋙ Agacé par les propos d'Eric Zemmour, Cali quitte subitement le plateau de CNews (VIDEO)Condamné en 2011 pour provocation à la haine raciale, Eric Zemmour avait tenu des propos qui avaient choqué en 2016 : "Je prends l’Islam au sérieux, je ne le méprise pas ! Je ne pense pas que les djihadistes soient des abrutis ou des fous. […] Et je respecte des gens qui meurent pour ce en quoi ils croient", avait-il affirmé dans le journal le Causeur. La Société des journalistes de RTL s'était désolidarisée de ses propos et la radio avait réduit de moitié sa présence à l'antenne. Toutefois, toujours selon nos confrères du Parisien, la station qui a quitté récemment la rue Bayard lui aurait proposé, ainsi qu'à Nicolas Domenach, de participer régulièrement à la matinale du vendredi dans le débat d'éditorialistes.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!