France Première « salle de shoot » : un an après, un bilan global positif selon la mairie de Paris

18:05  12 octobre  2017
18:05  12 octobre  2017 Source:   Le Monde

Sports - Le judo français se met en grève

  Sports - Le judo français se met en grève Les judokas français vont observer, à partir de lundi, une grève des tatamis pour protester contre la politique sportive de la fédération. © (LP/Icon Sports/Andre Ferreira) La salle d'entraînement des judokas à l'Insep, l'usine à champions située dans le bois de Vincennes. Une crise sans précédent secoue le judo français. Selon nos informations, les clubs de haut niveau, en accord avec leurs athlètes, ont décidé de faire grève à compter de lundi prochain.

Look de la semaine - Galerie photo - People. Météo - Emploi - Petites annonces - PMU - Cours des changes - Programme de Vol - Guide TV - Infos Services - Pharmacie - Réservation d'Hôtels. Moov Prépayé - Assistance MOOVnaute - Mon Compte - Nos coordonnées - Webmail - Test de bande

Vous n'avez pas les droits d'accéder à ce document. règlement sur la formation de base.

Avec 165 passages par jour en moyenne, la Ville se montre satisfaite mais certains riverains se plaignent des nuisances depuis l’ouverture de la première salle française de consommation de drogue à moindre risque.

La « salle de shoot », dans l’enceinte de l’hôpital Lariboisière, à Paris (10e), en octobre 2016. © PATRICK KOVARIK / AFP La « salle de shoot », dans l’enceinte de l’hôpital Lariboisière, à Paris (10e), en octobre 2016.

Des banderoles anti-« salle de shoot », des panneaux en guise de protestation… Le 11 octobre 2016, la France inaugurait sa première « salle de consommation à moindre risque » à Paris, malgré les craintes des riverains. L’objectif : proposer aux toxicomanes de meilleures conditions d’hygiène et un accompagnement pour limiter les pratiques les plus risquées. Un pari « globalement » réussi selon la mairie de Paris, qui met en avant le bilan de cette expérimentation un an après.

Villeneuve-Saint-Georges - Villeneuve-Saint-Georges : couac autour de la banderole pour Salah Hamouri

  Villeneuve-Saint-Georges - Villeneuve-Saint-Georges : couac autour de la banderole pour Salah Hamouri L’association communautaire Israélite de la ville demande à la maire de retirer la banderole de soutien à Salah Hamouri, un franco-palestinien emprisonné par Israël. © LP/C.P. Illustration. Villeneuve-Saint-Georges a affiché devant la mairie une banderole pour demander la libération de Salah Hamouri. Ils parlent d’une « prise de position contre Israël ». Ce mardi, l’association communautaire Israélite de Villeneuve-Saint-Georges (ACIV), soutenue par le BNVCA (Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme), a écrit à la maire pour lui demander le retrait du calicot soutenant Salah Hamouri.

Communiqué supprimé de l'Espace Datapresse.

Votre accès au site PAP.fr a été bloqué car votre adresse IP présente les caractéristiques d'un robot. Pour obtenir le déblocage de votre accès, veuillez contacter notre service clients

Huit cents personnes ont déjà utilisé au moins une fois la « salle de shoot » installée dans un bâtiment de l’hôpital Lariboisière, à proximité de la gare du Nord (10e arrondissement). Ouverte dans le cadre de la loi santé de janvier 2016 pour une expérimentation de six ans, la structure a pour l’instant enregistré 53 582 actes de consommation (sur les onze premiers mois), soit près de 165 par jour en moyenne.

« C’est un important progrès en termes de santé publique », estime le maire socialiste de l’arrondissement, Rémi Féraud. Les toxicomanes bénéficient de la présence d’éducateurs et d’infirmiers de l’association Gaïa, qui gère le lieu et prévient les secours en cas de problème. L’équipe a déjà réalisé plus de 800 soins (traitement des plaies, orientation vers des traitements de substitution…), une centaine de dépistages de maladies infectieuses et de nombreux entretiens sociaux.

Charles Cohen, l'ami américain qui veut faire renaître le cinéma La Pagode

  Charles Cohen, l'ami américain qui veut faire renaître le cinéma La Pagode Jusqu'au printemps, le magnat de l'immobilier Charles Cohen ne connaissait pas la Pagode, la célèbre salle parisienne d'art et d'essai, fermée depuis 2015. Aujourd'hui, le cinéphile, fou de cinéma français, en est le propriétaire et espère faire renaître ce temple du 7e art "d'ici trois ans". "J'en ai entendu parler lors de mon précédent séjour à Paris, en mai. Ca m'a intrigué. J'en ai parlé à Cannes à mon ami, le réalisateur Abderrahmane Sissako ("Timbuktu"). Ensuite, on a négocié", se souvient l'homme d'affaires, de passage cette semaine dans la capitale.Du cinéma installé dans une pagode, classé monument historique et accueillant 100.

Cette page n'existe pas. Vidéo : Explosion d'une Bombe de 2000 lb (Guidage Laser).

Trafics en pleine rue

Autre point positif pour Rémi Féraud : « ce sont des consommations qui n’ont pas eu lieu dans l’espace public ». En mars, six mois après l’ouverture de la salle, la mairie avait annoncé une baisse de 60 % des seringues retrouvées dans la rue. Et ce dans une zone connue pour ses distributeurs de seringues parmi les plus utilisés de la capitale.

Mais les opposants à la salle n’ont pas disparu. Aux comités de voisinage réunis tous les deux mois pour dialoguer avec les habitants, certains font part d’un sentiment d’insécurité, plus présent selon eux depuis l’ouverture de la salle de consommation. « Et depuis l’été, les nuisances qu’elle génère se sont accentuées », estime un riverain, qui refuse de donner son identité. Il est l’un des représentants du collectif Stop salle de shoot, qui demande le déménagement de la structure.

A l’aide de photographies et de vidéos publiées sur les réseaux sociaux, ses membres dénoncent des injections et des trafics en pleine rue, des seringues abandonnées par terre, des toxicomanes qui s’introduiraient dans les halls d’immeuble… « La salle de shoot, c’est une bonne décision sur le fond, qui permet de résoudre une véritable détresse sociale, avance e représentant du collectif. Mais son implantation ici est un drame pour les riverains ainsi que pour les commerçants. »

Parce que le FN se rassemble dans sa commune, un maire de l'Ain démissionne

  Parce que le FN se rassemble dans sa commune, un maire de l'Ain démissionne Le maire divers droite de Chanay (dans l'Ain) a proposé sa démission après avoir découvert l'organisation d'un rassemblement du Front national de Nicolas Bay. © afp.com/GUILLAUME SOUVANT Le vice-président du FN Nicolas Bay le 1er octobre 2017 à Chasseneuil-du-Poitou "Quand le maire a appris que le FN débarquait, il était furieux. Ce n'est pas une publicité qui nous honore", raconte une source municipale, confirmant l'information du Dauphiné Libéré. Le maire divers droite de Chanay, une petite commune de l'Ain d'ordinaire beaucoup plus calme, venait de proposer sa démission.

La confession de Stéphane Bern

« Ouvrir d’autres salles »

Le maire du 10e arrondissement reconnaît qu’une « diminution drastique du nombre de toxicomanes qui consomment à l’extérieur de la salle est nécessaire ». Sans pour autant considérer que la situation du quartier a empiré depuis la mise en place du dispositif. « Il y avait davantage de problèmes auparavant », assure M. Féraud.

Pour améliorer la situation, des maraudes plus fréquentes devraient avoir lieu à partir de la mi-octobre afin d’informer et d’orienter les usagers de drogues. Le maire du 10e considère aussi qu’il faut « ouvrir d’autres salles », à Paris et ailleurs. Pour l’instant, seul un deuxième dispositif a été inauguré à Strasbourg. D’autres pourraient bientôt voir le jour, par exemple à Bordeaux.

Salle de shoot à Paris, un an après son ouverture : "Des gens recommencent à se piquer dans la rue" .
Un an après son ouverture à Paris dans le 10e arrondissement, l'unique salle de consommation de drogue de la capitale est fréquentée par quelque 200 usagers par jour. Les voisins, eux, dénoncent des nuisances. Franceinfo s’y est rendu. Cela fait un an que la salle de consommation à moindre risque (SCMR), communément appelée "salle de shoot", a ouvert à Paris. Depuis douze mois, les toxicomanes peuvent ainsi se droguer en sécurité près de l'hôpital Lariboisière et de la gare du Nord, dans le 10e arrondissement. La salle connaît une fréquentation inattendue : on compte près de 200 passages par jour.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/france/-65728-premiere-salle-de-shoot-un-an-apres-un-bilan-global-positif-selon-la-mairie-de-paris/

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!