France "Nazi", "islamo-gauchiste"... La guerre Mélenchon-Valls en quatre actes

20:50  12 octobre  2017
20:50  12 octobre  2017 Source:   Franceinfo

Valls-Mélenchon : la machine à clash tourne à plein régime

  Valls-Mélenchon : la machine à clash tourne à plein régime Les deux députés se livrent depuis quelques jours à une joute verbale sur Twitter. Depuis une semaine, la tension n’a cessé de s’exacerber entre les meilleurs ennemis Jean-Luc Mélenchon et Manuel Valls. Dans le dernier échange de ce clash à distance, l’ancien Premier ministre dénonce un «ignoble et outrancier texte» à son égard, dans lequel le leader de La France insoumise annonçait son départ de la mission parlementaire sur la Nouvelle-Calédonie. Jean-Luc Mélenchon critiquait le choix de confier la présidence de cette instance au député de l’Essonne, apparenté La République en marche, sur la base d’un «accord d’origine inconnue». «On ne saurait faire choix plus inapproprié.

Catégories : Afrique Amérique Asie Europe Moyen-Orient Océanie Régions polaires. Amérique > Equateur > Sports et loisirs. You need Flash player 9+ and JavaScript enabled to view this video.

Inscrivez-vous à un compte GRATUIT.

  © Fournis par Francetv info

L'ancien Premier ministre et l'ancien candidat à la présidentielle de La France insoumise multiplient les joutes verbales depuis quelques jours.

La guerre est déclarée. Depuis le début du mois d'octobre, les députés Jean-Luc Mélenchon et Manuel Valls s'invectivent par médias interposés. Une dispute entre le leader de La France insoumise et l'ancien Premier ministre qui a même pris une dimension physique, mercredi 11 octobre, avec les révélations d'une altercation à l'Assemblée nationale par Le Canard enchaîné.

Franceinfo revient sur les racines de leur discorde qui remontent aux législatives.

Jean-Michel Apathie interpelle sèchement Jean-Luc Mélenchon dans Quotidien : "C'est le bordel chez toi !" (VIDEO)

  Jean-Michel Apathie interpelle sèchement Jean-Luc Mélenchon dans Quotidien : Une belle avoinée ! Jean-Michel Apathie était remonté ce mardi soir dans Quotidien. Le journaliste a tiré à boulets rouges sur Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise. Si les rapports entre Jean-Luc Mélenchon et les journalistes n'ont jamais été au beau fixe, c'est plutôt le leader de la France Insoumise qui nous avait jusque-là habitué à tancer la presse. Retour de bâton ce mardi soir dans Quotidien où Bruce Toussaint et Jean-Michel Apathie étaient invités.

Aller au contenu.

Aucune carte trouvée. Montée en crescendo de la guerre .

Acte 1 : l'élection contestée de Valls en juin

Le 18 juin, l'ancien Premier ministre sauve de justesse son siège dans la 1ère circonscription de l'Essonne, avec 139 voix d'avance sur Farida Amrani, candidate de La France insoumise. Une victoire à l'arrachée immédiatement contestée par le parti de Jean-Luc Mélenchon. Sur Twitter, sa responsable de la communication, Sophia Chikirou, n'hésite pas à accuser l'ancien Premier ministre d'être un "tricheur". Un recours devant le Conseil constitutionnel, qui doit trancher prochainement, est déposé.

Des invectives auxquelles Manuel Valls ne tarde pas à répondre, dans un entretien accordé à Libérationle 26 juin. "Mélenchon est dangereux", lâche-t-il, avant de récidiver sur RTL quelques jours plus tard. "Manuel Valls a été l'un des Premiers ministres le plus violent de l'histoire de la République", réplique Jean-Luc Mélenchon, le 28, sur Europe 1.

Valls dit avoir été traité de «nazi» par Mélenchon

  Valls dit avoir été traité de «nazi» par Mélenchon LE SCAN POLITIQUE - Selon le Canard Enchaîné, une violente salve d'injures a précédé la démission de Jean-Luc Mélenchon et de ses élus de la mission d'information parlementaire sur la Nouvelle-Calédonie. © BERTRAND GUAY/AFP Jean-Luc Mélenchon, député LFI de Marseille Jean-Luc Mélenchon l'a annoncé publiquement vendredi, il a choisi de quitter avec les élus de la France Insoumise la mission d'information parlementa Une décision motivée par la désignation de Manuel Valls, élu pour présider la mission.

Vous avez désactivé JavaScript ou vous utilisez une ancienne version d'Adobe Flash Player.

Acte 2 : Valls accuse les députés LFI de tenir un "discours islamo-gauchiste"

L'acrimonie entre Manuel Valls et les membres de La France insoumise a repris à la rentrée, lors des débats concernant le projet de loi sur le terrorisme. Dans l'Hémicycle fin septembre puis sur RTL début octobre, l'ancien Premier ministre s'en prend aux députés du parti de gauche radicale. "Je pense que dans leur discours, dans leurs pratiques concernant l’islam radical, il y a de la complaisance, il y a de l’ambiguïté en tout état de cause. [...] Je pense que c’est un discours islamo-gauchiste", déclare-t-il sur les ondes de la station, en visant tout particulièrement Danièle Obono pour des propos polémiques tenus sur BFMTV.

L'utilisation de ce terme controversé, aux contours très flous comme l'explique Libération, ne passe pas. "Vous parlez comme le Front national, ce n'est pas glorieux", réplique aussitôt Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis, avant de consacrer un post de blog à cette "injure absurde".

Florence Parly à Jean-Luc Mélenchon : "C’est la rue qui a permis à Hitler d’arriver au pouvoir"

  Florence Parly à Jean-Luc Mélenchon : La ministre des Armées, Florence Parly, a répondu au chef de file de La France Insoumise sur Europe 1.La ministre des Armées, Florence Parly, a contré le chef de file de La France insoumise. Jean-Luc Mélenchon "s'exprime hors du cadre démocratique", a-t-elle critiqué, dimanche 15 octobre, lors de l'émission "Grand rendez-vous Europe 1/CNews/Les Echos". "Il met en question la légitimité des urnes. Nous avons un président de la République, une majorité parlementaire qui ont été élus de façon nette et sans bavure. Il remet en cause le suffrage universel, c'est un premier problème", a poursuivi Florence Parly.

Publié le : 05.10.17. Les retours depuis l’Europe se multiplient, alors que la situation en Afghanistan devient de plus en plus dangereuse. Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre du 2 au 8 octobre 2017.

Oops! Cette page ne peut pas être trouvé. Il ressemble à rien n'a été trouvé à cet endroit. Peut-être essayer un des liens ci-dessous ou une recherche?

Acte 3 : Mélenchon claque la porte d'une mission parlementaire dirigée par Valls

La tension monte encore d'un cran le 6 octobre. Trois jours après avoir regretté l'élection de "l'ignoble Valls" à la tête d'une mission d'information de l'Assemblée sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, Jean-Luc Mélenchon claque la porte. "On ne saurait faire choix plus inapproprié. Monsieur Valls est un personnage extrêmement clivant, qui suscite de forts rejets du fait de sa proximité avec les thèses ethnicistes de l’extrême droite", argumente-t-il dans sa lettre adressée au président de l'Assemblée nationale, où il accuse son adversaire de frayer "avec les dirigeants de l'extrême droite israélienne".

Le député apparenté La République en marche dénonce aussitôt un texte "ignoble et outrancier". "En claquant la porte de la mission Nouvelle-Calédonie, [il] affiche son mépris pour les Calédoniens", accuse Manuel Valls sur Twitter. "Que vient faire Israël dans ce débat ? Quel lien avec l'islamisme radical ? Là encore, des raccourcis et allusions évidentes et délétères", tonne-t-il, avant d'inviter"tous les républicains" à un "devoir de vigilance face à ses thèses".

Loi Travail : Mélenchon déçu par la bataille syndicale «si mal conduite»

  Loi Travail : Mélenchon déçu par la bataille syndicale «si mal conduite» LE SCAN POLITIQUE - Alors qu'il espérait que la LFI soit «le fer de lance» d'une mobilisation politico-syndicale victorieuse contre la réforme du Code du travail, Jean-Luc Mélenchon s'inquiète désormais d'une déroute.Au sortir d'une semaine agitée, marquée par une escarmouche tendue contre Manuel Valls et des polémiques à répétition qui visent ses lieutenants Raquel Garrido et Alexis Corbière, Jean-Luc Mélenchon semble avoir le moral dans les chaussettes. «Ma semaine a été longue comme pour beaucoup d'entre vous.

Inscrivez-vous à notre newsletter et ne manquez aucune actualité de Gibert Jeune.

Recherche de livres avec olaphoto*com : - Achetez cet ouvrage au meilleur prix.

Le lendemain, Jean-Luc Mélenchon s'en prend à "la bande de Valls", accusée d'être "totalement intégrée" à la fachosphère. Une petite phrase qui a donné naissance à un cri de ralliement sur les réseaux sociaux, "Je suis la bande de Valls", immédiatement raillé par les partisans de La France insoumise.

Acte 4 : "Le Canard enchaîné" révèle une altercation musclée entre les deux hommes

Mercredi 11 octobre, Le Canard enchaîné révèle que cette joute sur les réseaux sociaux a eu son pendant physique dans la salle de la commission des lois de l'Assemblée, le 3 octobre. "Moi, je ne m'assieds pas à côté de ce nazi", aurait déclaré Jean-Luc Mélenchon, avant de lancer à l'intéressé : "Tu n'es qu'une ordure ! Un pauvre type ! Une merde !" "Mais tu es complètement fou", lui aurait répondu Manuel Valls, rapidement épaulé par le seul témoin cité par le journal, le socialiste David Habib, qui traite Jean-Luc Mélenchon de "connard".

Après la publication de cet article, le leader de La France insoumise a démenti avoir utilisé le mot "nazi". Et David Habib a changé de version, souligne Libération. "Sur le mot nazi, je ne sais plus s’il l’a répété ou si c’est Manuel qui m’a glissé à l’oreille avoir été traité de nazi", explique-t-il au HuffPost.

Programme TV – L’addiction aux drogues d’Adolf Hitler et de son régime (C8)

  Programme TV – L’addiction aux drogues d’Adolf Hitler et de son régime (C8) Dans deux documentaires étonnants diffusés ce mardi 17 octobre sur C8, Thierry Ardisson revient sur la consommation de drogues par le régime nazi.Loin du mythe de l'homme sain qu'il voulait incarner, Adolf Hitler consommait cocaïne, opiacés et stéroïdes. Ce sont les journaux du docteur Théodore Morell, son médecin personnel, qui révèlent cette addiction. L'examen du crâne du Führer, conservé en Russie, confirme-t-il cette théorie d'une toxicomanie ? Thierry Ardisson présente des archives jusqu'alors inaccessibles, qui jettent un éclairage nouveau sur l'usage massif de drogues pendant la Seconde Guerre mondiale.

Dakar Au Centre De La Guerre Entre Ryad Et Doha.

Le témoignage de Manuel Valls ne permet pas de confirmer l'utilisation du mot fatidique. "Je ne l'ai pas entendu mais il l'a dit, selon différents témoins. Mais devant moi en revanche, il a proféré de nombreuses insultes", a expliqué l'ancien Premier ministre sur Europe 1, avant de poursuivre : "Ce n'est pas un coup de colère de sa part (...) C'est une manière pour lui de disqualifier."

La République en marche est venue à la rescousse. "Qui pourrait trouver normal que Manuel Valls se fasse traiter de 'nazi', qu'on soit dans le même groupe parlementaire ou pas ? C'est inacceptable. Je pense qu'il faut que le déontologue de l'Assemblée nationale soit saisi, a déclaré Stanislas Guerini, porte-parole du groupe majoritaire, sur Radio Classique. C'est inacceptable que des propos comme cela soient tenus dans l'enceinte de l'Assemblée nationale."

Le PCF hausse le ton contre Mélenchon .
LE SCAN POLITIQUE - Le Parti communiste n'apprécie pas que Jean-Luc Mélenchon juge que la bataille syndicale contre les ordonnances réformant la loi travail a été «mal conduite». Entre les communistes et Jean-Luc Mélechon, on savait que les relations étaient plus que tièdes, si ce n'est glaciales. L'interview dimanche soir sur TF1 de l'ancien candidat à l'élection présidentielle n'est pas de nature à les réchauffer, bien au contraire.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!