The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

France Pour s’agrandir, Sciences-Po sort l’Artillerie lourde

18:09  11 janvier  2018
18:09  11 janvier  2018 Source:   liberation.fr

Syrie: combats dans la Ghouta pour briser le siège d'une base du régime

  Syrie: combats dans la Ghouta pour briser le siège d'une base du régime L’armée syrienne a lancé une contre-offensive dans la localité de Harasta, au nord de Damas, pour briser le siège imposé par les rebelles à une base des troupes gouvernementales. Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh Au prix de violents combats et sous un barrage d’artillerie et d’intenses raids de l’aviation, l’armée syrienne avance lentement à Harasta, où les rebelles ont réussi, fin décembre, à prendre une partie d’une base des troupes gouvernementales, assiégée depuis trois ans.La progression de l’armée syrienne est difficile et se mesure par dizaines de mètres seulement autour du siège de la municipalité.

Pour s ’ agrandir , Sciences - Po sort l ’ Artillerie lourde . Des religieux, puis des militaires et enfin des étudiants : l’acquisition de l’hôtel de l ’ Artillerie , bijou du XVII e siècle, va permettre à Sciences - Po de regrouper ses locaux et au bâtiment d’abriter des bataillons d’un nouveau genre.

Pour s ’ agrandir , Sciences - Po sort l ’ Artillerie lourde . La grande école de la rue Saint-Guillaume a acquis un ancien site militaire pour y créer un campus urbain de 22 000 mètres carrés. Des religieux, puis des militaires et enfin des étudiants : l’acquisition de l’hôtel de l ’ Artillerie , bijou du XVIIe siècle

L’amphithéâtre Boutmy à Sciences-Po Paris. © Fournis par Libération L’amphithéâtre Boutmy à Sciences-Po Paris.

La grande école de la rue Saint-Guillaume a acquis un ancien site militaire pour y créer un campus urbain de 22 000 mètres carrés.

Des religieux, puis des militaires et enfin des étudiants : l’acquisition de l’hôtel de l’Artillerie, bijou du XVIIe siècle, va permettre à Sciences-Po de doubler sa superficie et au bâtiment d’abriter des bataillons d’un nouveau genre.

La grande école a acheté l’édifice au ministère des Armées, certes sans mise en concurrence, puisque le statut de structure privée d’intérêt général de Sciences-Po lui permet de négocier de gré à gré. Mais pas sans négociations. «Trois ans pour trouver le bon prix, à 93 millions d’euros», résume Charline Avenel, la secrétaire générale de l’institution. «L’Etat est sainement géré et le ministère a chèrement vendu sa peau», ironise Frédéric Mion, le directeur.

Toulon - Boudjellal : "On peut critiquer Dieu, pas un arbitre"

  Toulon - Boudjellal : Mourad Boudjellal, s'il respectera la suspension de 8 semaines prononcée par la commission de discipline de la LNR, revendique sa liberté de parole, notamment en matière d'arbitrage.Mourad Boudjellal, suspendu 8 semaines par la commission de discipline de la Ligue nationale de rugby (LNR) pour ses nouvelles critiques à l'encontre du corps arbitral à l'issue d'une lourde défaite du Rugby Club Toulonnais face au Racing 92 (29-40) à Mayol, réagit à cette peine qu'il entend respecter. "C'est une sanction très lourde", a estimé au micro de RMC Sport le patron du club varois, sans pouvoir s'empêcher de dire le fond de sa pensée et de revendiquer sa liberté de parole.

Pour s ’ agrandir , Sciences - Po sort l ’ Artillerie lourde . La grande école de la rue Saint-Guillaume a acquis un ancien site militaire pour y créer un campus urbain de 22 000 mètres carrés. Des religieux, puis des militaires et enfin des étudiants : l’acquisition de l’hôtel de l ’ Artillerie , bijou du XVIIe siècle

Pour s ’ agrandir , Sciences - Po sort l ’ Artillerie lourde . La grande école de la rue Saint-Guillaume a acquis un ancien site militaire pour y créer un campus urbain de 22 000 mètres carrés. Des religieux, puis des militaires et enfin des étudiants : l’acquisition de l’hôtel de l ’ Artillerie , bijou du XVIIe siècle

«Le campus, c’est Paris»

Originellement un noviciat de dominicains fondé en 1632, d’où un cloître et des cellules, le bâtiment a été réquisitionné à la Révolution et consacré à la fabrication d’armes. Après quoi, les militaires y ont logé des services techniques, puis des branches de l’état-major et à partir de 1975, la sûreté militaire. Une fois tout cela déménagé, restait cet élégant – et vaste – édifice au milieu du VIIe, l’arrondissement le plus chic de Paris. Et au voisinage immédiat de l’école de la rue Saint-Guillaume.

Entre le projet d’hôtel de luxe que défendait un grand groupe, et l’agrandissement de Sciences-Po, le choix de la municipalité parisienne a été vite fait : «Le campus, c’est Paris», résume Anne Hidalgo, la maire, en soulignant qu’il est rare d’avoir de grandes universités en centre-ville. D’ailleurs, la ville de Paris s’est portée garante de l’emprunt de 160 millions d’euros souscrit par l’institution pour financer cette opération qui reviendra au total à 190 millions d’euros.

Le projet architectural, dû aux équipes de Jean-Michel Wilmotte, de l’agence Moreau-Kusunoki et du cabinet Sasaki, restaurera cet ensemble classé en 1982 et s’appuiera sur les trois cours portant des noms de fiers artilleurs pour y inclure une «maison commune», une bibliothèque et de nombreux espaces souterrains. Ouverture en 2022.

Les Français rêvent d'un logement plus grand .
Agrandir son logement et améliorer son système de chauffage sont les premiers projets de rénovation envisagés par les Français, selon un sondage Yougov pour PAP. Le devis reste le premier critère de choix pour déterminer le professionnel qui réalisera les travaux de rénovation. Pour les Français interrogés, le manque d'espace arrive en tête des préoccupations dans le logement avec 22% qui jugent nécessaire d'agrandir la taille de leur habitat, surtout en région parisienne (31%) où les Franciliens vivent majoritairement en appartement, d'après une enquête réalisée par YouGov pour PAP.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!