The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

Monde Au Yémen, la bataille de tous les risques

09:20  14 juin  2018
09:20  14 juin  2018 Source:   lejdd.fr

Naufrage dans le Golfe d'Aden: 46 migrants noyés et 16 disparus

  Naufrage dans le Golfe d'Aden: 46 migrants noyés et 16 disparus Au moins 100 migrants avaient été « entassés » sur ce bateau d’un contrebandier, selon l’agence de l’ONU pour les migrations ... © Handout / IOM / AFP Photo prise par l'Organisation internationale des migrations (OIM) après le naufrage. Seize personnes sont toujours portées disparues. L’agenc a affirmé que 46 migrants, des Ethiopiens vraisemblablement, étaient morts noyés lorsque leur navire a chaviré mercredi à l’approche du Yémen après avoir traversé le Golfe d’Aden.

Le médiateur de l'ONU au Yémen Martin Griffiths s'est déclaré «très inquiet» mardi devant les risques d'une « bataille » dans la ville portuaire de Hodeida (ouest) contrôlée par les éléments du groupe «Anssar Allah» dit Houthis.

Les Nations Unies se sont mobilisées lundi pour éviter une « bataille féroce et sanglante » pour un port clé au Yémen qui fournit une bouée de sauvetage pour « Si une attaque a lieu, les pertes de tous les côtés seront élevées et risquent d’avoir un impact catastrophique sur la population civile », ont-ils

LE GRAND ANGLE DIPLO - Les organisations humanitaires redoutent que l’assaut lancé mercredi par les forces yéménites contre les rebelles dans la ville d’Hodeida ne soit l’ultime catastrophe dans cette guerre infernale. Au micro d’Europe 1, la chronique du rédacteur-en-chef international du JDD, François Clemenceau. © Reuters LE GRAND ANGLE DIPLO - Les organisations humanitaires redoutent que l’assaut lancé mercredi par les forces yéménites contre les rebelles dans la ville d’Hodeida ne soit l’ultime catastrophe dans cette guerre infernale. Au micro d’Europe 1, la chronique du rédacteur-en-chef international du JDD, François Clemenceau.

LE GRAND ANGLE DIPLO - Les organisations humanitaires redoutent que l’assaut lancé mercredi par les forces yéménites contre les rebelles dans la ville d’Hodeida ne soit l’ultime catastrophe dans cette guerre infernale. Au micro d’Europe 1, la chronique du rédacteur-en-chef international du JDD, François Clemenceau.

Yémen: La coalition sunnite prête à lancer l'assaut sur Hodeïdah

  Yémen: La coalition sunnite prête à lancer l'assaut sur Hodeïdah La coalition internationale de pays arabes dirigée par l'Arabie saoudite se préparait mardi soir à lancer l'assaut contre Hodeïdah, le principal port du Yémen aux mains des rebelles houthis qui contrôlent une grande partie du pays dont la capitale, Sanaa. Les Emirats arabes unis, membres clé de la coalition, ont donné aux Houthis, des chiites soutenus par l'Iran, jusqu'à mardi pour qu'ils se retirent du port de Hodeïdah, dans le cadre de discussion menées sous l'égide de l'Onu.

Les Nations unies se sont mobilisées lundi pour éviter “une bataille féroce et sanglante” à Hodeida, ville stratégique du Yémen dont le port est crucial. ""John a réinventé le métier de l'animation, prenant des risques inouïs et racontant des histoires originales et intemporelles.""

• Yémen : l 'ONU tente d'éviter une " bataille féroce et sanglante" à Hodeida. Le médiateur de l'ONU au Yémen Martin Griffiths s'est déclaré "très inquiet" aujourd'hui devant les risques d'une attaque des forces progouvernementales

Hodeida, c’est la quatrième ville du Yémen, entre 400 et 600.000 habitants. C’est surtout un port qui donne sur la Mer rouge et par lequel transite la majorité des importations du pays et, depuis le début de la guerre au Yémen, l’essentiel de l’aide humanitaire apportée à la population civile yéménite. Pour toutes les organisations de secours qui essayent de braver le danger en travaillant sur place, l’offensive de l’armée yéménite, soutenue par les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, viendrait donc faire s’écrouler le très fragile édifice qui permet à la population de ne pas mourir de faim ou d’être exposée aux maladies.

Voici des extraits de témoignage de trois femmes qui sont employées sur place par l’ONG Care dont le Journal du Dimanche est partenaire : "Certaines parties de la population pourraient connaître la famine." "Je suis terrifiée de ce qui va arriver aux innocents d’Hodeida." "Habituellement, en cette période de l’année, les gens sont sur le marché pour acheter des vêtements et de la nourriture pour fêter l'Aïd, la fin du Ramadan. Les enfants sont heureux et comptent les jours mais là, ils ne savent pas ce qui va arriver."

Yémen : les combats se poursuivent à Hodeïda, les civils fuient en masse

  Yémen : les combats se poursuivent à Hodeïda, les civils fuient en masse Les forces de la coalition saoudienne sont entrées dans l'aéroport d'Hodeïda, au septième jour d'une offensive qui a fait fuir plusieurs milliers de familles. L'ONU espère une reprise des négociations de paix en juillet. La ville portuaire d'Hodeïda, au Yémen, cible d’une offensive de la coalition menée par l’Arabie Saoudite pour en chasser les Houthis, était encore le théâtre de combats acharnés, mardi 19 juin. Une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU, prévue dans la journée, doit entendre le rapport de l'émissaire onusien Martin Griffiths, envoyé à Sanaa.

New York (Etats-Unis) - Les Nations unies se sont mobilisées lundi pour éviter "une bataille féroce et sanglante" à Hodeida, ville stratégique du Yémen dont le port est crucial pour le passage de l'aide humanitaire dans ce pays déchiré par la guerre.

Intervenir au Yémen , au risque de s’enliser dans un conflit impossible à remporter, ou ne rien faire, et alors perdre toute crédibilité dans sa zone d’influence immédiate ? Mais la bataille en cours dépasse désormais largement le sort du Yémen .

Emmanuel Macron en porte-à-faux dans ce dossier

Alors qui pourrait empêcher la coalition menée par l’Arabie saoudite d’aller au bout de cet assaut? Théoriquement, la plupart des grandes puissances militaires qui ont une influence dans la région : les États-Unis d’abord qui ont déconseillé aux Emiratis de se lancer dans cet assaut final. Il a même été question que les rebelles puissent rendre la ville, non pas aux autorités régulières mais aux Nations Unies afin qu’il n’y ait pas de vainqueur, juste la possibilité d’éviter une tragédie. Ces négociations ont échoué et les Emiratis ont interprété le feu orange des Américains comme un feu vert et les bombardements ont commencé. Pour eux, si Hodeida tombe, il est probable que la rébellion houthie soutenue par l’Iran sera très sérieusement affaiblie, sur le point de capituler comme ils l'espèrent.

Yémen: échange de tirs près de Hodeida, poursuite de la mission de l'ONU

  Yémen: échange de tirs près de Hodeida, poursuite de la mission de l'ONU Les troupes progouvernementales et les rebelles au Yémen ont échangé des tirs dimanche près de l'aéroport de Hodeida et sur la route côtière, au 5e jour d'une offensive qui fait craindre pour les civils déjà éprouvés par plus de trois ans de guerre. L'offensive des loyalistes pour la reprise de cette ville portuaire clé (ouest), semble néanmoins piétiner alors que l'émissaire de l'ONU Martin Griffiths, poursuit en toute discrétion à Sanaa, la capitale contrôlée par les rebelles, des entretiens sur Hodeida.

En direct. Yémen : le grand potentiel de l’ennemi ne vaut rien devant la fermeté de nos héros sur le champ de bataille . 09:53 Qatar: l’impact de l’embargo s’estompe mais les risques persistent (FMI/AFP).

Yémen : l 'ONU inquiète d'une nouvelle bataille . Par Le Figaro.fr avec AFP. Publié le 05/06/2018 à 13:49. Le médiateur de l'ONU au Yémen Martin Griffiths s'est déclaré "très inquiet" aujourd'hui devant les risques d'une attaque des forces progouvernementales contre la ville portuaire de Hodeida

Et la France? Emmanuel Macron a tenté lui aussi de jouer les bons offices en appelant l’Iran et les Émirats. La France se vante de parler à tout le monde mais encore faut-il convaincre. La diplomatie française est d’autant plus en porte-à-faux qu’elle est liée à la coalition par ses contrats de coopération et de fourniture de matériel militaire. Le 27 juin, Emmanuel Macron devait présider avec l’Arabie saoudite une grande réunion internationale à Paris pour récolter des fonds et organiser le travail humanitaire au Yémen. Les ONG lui disent aujourd’hui que ce grand écart n’est plus tenable.

Sauf qu’avec ou sans la bataille d’Hodeida, il faudra bien que les bonnes volontés, quelles que soient leurs erreurs ou leurs impuissances passées, joignent leurs efforts pour venir en aide aux victimes de cette guerre qui dure depuis plus de trois ans.

Yémen : les Émirats menacent de lancer une offensive cette nuit .
Anwar Gargash, le secrétaire d'État émirien aux Affaires étrangères, avertit que leurs forces attaqueront le port de Hodeida cette nuit, si les rebelles pro iraniens ne l'ont pas quitté avant.«L'ultimatum de 48 heures donné par les Émirats arabes unis (EAU) aux rebelles yéménites Houthistes pour quitter la ville de Hodeida sur la mer rouge expire cette nuit», a déclaré au Figaro, Anwar Gargash, le secrétaire d'État émirien aux Affaires étrangères.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!