Monde Trump dénonce une Allemagne «totalement contrôlée» par le Kremlin

13:56  11 juillet  2018
13:56  11 juillet  2018 Source:   lefigaro.fr

Mondial: Poutine félicite la "Sbornaïa" pour sa qualification contre l'Espagne

  Mondial: Poutine félicite la Vladimir Poutine a félicité dimanche l'équipe russe de football après sa victoire aux tirs au but contre l'Espagne (1-1, 4 tab à 3) et sa qualification pour les quarts de finale, a indiqué le Kremlin. "Comme l'ensemble du pays, Vladimir Poutine a regardé le match du début jusqu'à la fin et a soutenu les nôtres", a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes.

«L' Allemagne est prisonnière de la Russie parce qu'elle tire une grande partie de son énergie de la Russie», a ainsi déclaré Donald Trump ce 11 juillet lors d'un petit déjeuner avec le secrétaire général de l'OTAN «L' Allemagne est totalement contrôlée par la Russie», a répété le président américain.

Nous sommes partisans d'approches sérieuses», a déclaré ce mercredi un porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, réagissant à une série de La Syrie a dénoncé comme une «escalade dangereuse» les menaces de frappes de Donald Trump contre son territoire, selon l'agence officielle Sana.

Au premier jour du sommet de l'Otan à Bruxelles, le président américain a mené une attaque virulente contre Berlin. Il devrait rencontrer Angela Merkel en marge du sommet.

figarofr: Le président américain Donald Trump, et son secrétaire d'Etat Mike Pompeo, lors de leur rencontre avec le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, mercredi à Bruxelles. © BRENDAN SMIALOWSKI/AFP Le président américain Donald Trump, et son secrétaire d'Etat Mike Pompeo, lors de leur rencontre avec le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, mercredi à Bruxelles.

Correspondant à Bruxelles

Donald Trump n'a attendu ni l'arrivée d'Angela Merkel, ni le début du sommet pour régler des comptes avec l'allié central des États-Unis dans l'Otan. Dans une attaque virulente, il a accusé l'Allemagne d'être «totalement contrôlée par la Russie» à travers ses importations massives de gaz de Sibérie et de financer ainsi la montée en puissance d'un pays qui reste le rival numéro un de l'alliance militaire occidentale.

Confusion à Washington sur l'annexion de la Crimée

  Confusion à Washington sur l'annexion de la Crimée Non, a promis la porte-parole du président, les Etats-Unis ne s'apprêtent pas à reconnaître l'annexion de la Crimée par la Russie. Avant le week-end, Donald Trump avait laissé planer le doute. La Maison Blanche a martelé lundi que les Etats-Unis ne reconnaissaient pas l'annexion de la Crimée par la Russie, quelques jours après les propos ambigus de Donald Trump sur ce thème. «Nous ne reconnaissons pas la tentative de la Russie d'annexer la Crimée. Les sanctions contre la Russie resteront en place jusqu'à ce que la Russie rende la péninsule à l'Ukraine», a affirmé Sarah Sanders, porte-parole de l'exécutif.

RT France visée par la loi anti Fake News de Macron dénonce des accusations infondées (04/01/18,7h) - Продолжительность: 24:06 The Boss Trump sort de l’accord : « il s’agit à nouveau de remettre les Iraniens à genoux » - Продолжительность: 27:00 Radio Sputnik 6 316 просмотров.

Vivons-nous vraiment dans l' Allemagne nazie?» a ajouté le président élu. Ce dernier ne manquera pas d'être interrogé sur ces nouveaux éléments lors de la conférence de presse qu'il doit tenir ce mercredi, la première du genre depuis « Le Kremlin ne possède pas de “kompromat” sur Donald Trump ».

La République fédérale est «prisonnière» du Kremlin parce qu'elle achète «une grande partie» de l'énergie produite en Russie, a estimé le président américain, mercredi, lors d'un petit déjeuner avec Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan. «Nous Américains devons défendre l'Allemagne de la Russie, tandis que la première paie des milliards à la seconde et l'aide ainsi à s'enrichir (...) Ce n'est pas normal!» Donald Trump devrait rencontrer Angela Merkel en marge du sommet.

La diatribe, lancée en prélude au sommet des 29 pays de l'Otan, risque de donner le ton de la journée. À la stupeur du secrétaire général Stoltenberg, le chef de la Maison-Blanche a réussi à focaliser micros et caméras en transformant en réquisitoire antiallemand ce qui ne devait être qu'une séance de photo autour d'un café-croissants. Il enfonce aussi un coin entre les Européens, divisés sur une ligne Est-Ouest sur la question du gaz russe. Il cherche enfin à se disculper d'une trop grande complicité avec Vladimir Poutine, à cinq jours d'un tête-à-tête à Helsinki.

Washington "ne reconnaît pas" l'annexion de la Crimée par la Russie

  Washington Donald Trump doit rencontrer Vladimir Poutine le 16 juillet. © Copyright 2018, L'Obs Donald Trump dans l'Air Force One le 29 juin 2018. La Maison Blanche a martelé lundi 2 juillet que les États-Unis ne reconnaissaient pas l'annexion de la Crimée par la Russie, quelques jours après les propos ambigus de Donald Trump sur ce thème.Sarah Sanders, porte-parole de l'exécutif :"Nous ne reconnaissons pas la tentative de la Russie d'annexer la Crimée. Les sanctions contre la Russie resteront en place jusqu'à ce que la Russie rende la péninsule à l'Ukraine.

Le Kremlin circonspect sur une rencontre Poutine/ Trump . Pour sa part, la réaction du Kremlin est comparable, dans la forme, à la décision prise par Vladimir Poutine, fin décembre

Hua Chunying, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères dénonce ainsi « la mentalité de guerre froide » du président Donald Trump . Le porte-parole du Kremlin note ainsi qu’il existe des élements positifs dans ce rapport.

Merkel, le bouc émissaire parfait

Aux yeux de Donald Trump, la chancelière Merkel est le parfait bouc émissaire du sommet. L'Allemagne continue de bénéficier à bon compte du parapluie américain, tandis que ses exportations contribuent largement à creuser un déficit commercial qui dépasse les 100 milliards de dollars avec l'Union européenne. Avant même l'ouverture du sommet, le président ajoute un troisième grief: une dépendance énergétique qu'il juge coupable vis-à-vis du Kremlin.

L'enjeu immédiat est le gazoduc Nord Stream 2 qui vise à doubler d'ici à 2020 les livraisons directes de gaz en Allemagne à partir de la Russie, via la mer Baltique. Le gaz, contrairement au secteur pétrolier, n'est pas touché par les sanctions que l'UE a décrétées il y a quatre après l'intervention russe dans l'est de l'Ukraine. À sa mise en service prévue fin 2019, ce tube long de 1.225 km doublera la capacité d'un premier gazoduc mis en service en 2012: 55 milliards de m3 par an, soit la moitié de la consommation allemande.

L'investissement, évalué à quelque 10 milliards d'euros, répond au besoin des Allemands et des Européens: la production gaz de la Norvège, des Pays-Bas et du Royaume-Uni décroît rapidement alors qu'à leurs portes, la Russie dispose des plus grandes réserves mondiales. Chantier privé quoique très politique, il rassemble les firmes énergétiques allemandes Uniper et Wintershall, l'Autrichien OMV, l'anglo-néerlandais Shell et le français Engie.

Nord Stream 2 est ouvertement décrié par les voisins européens de la Russie, qui s'inquiètent d'une dangereuse dépendance, peut-être nuisible pour leur sécurité. Donald Trump a reçu l'appui immédiat du président polonais Andrzej Duda. À son arrivée à Bruxelles, ce dernier a assuré que la diversification des approvisionnements doit devenir la priorité de l'UE.

Ingérence russe: Trump pointe maintenant la responsabilité de Poutine .
Après avoir déclenché un tollé lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine à Helsinki lundi, Donald Trump tente depuis deux jours d'éteindre l'incendie. Dans une interview à la chaîne CBS, il est revenu une seconde fois sur ses propos. Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve Une seconde fois, Donald Trump a tenté de désamorcer une crise inédite. Mardi, le président américain expliquait que sa langue avait fourché la veille quand il avait refusé de reconnaître l'ingérence russe dans la campagne américaine de 2016. Ce mercredi, sur la chaîne CBS, il est revenu une seconde fois sur ses propos et a reconnu finalement cette ingérence de Moscou.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/monde/-127585-trump-denonce-une-allemagne-totalement-controlee-par-le-kremlin/

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!