Sport A Lyon, la fièvre monte avant la finale de l'OM

21:05  16 mai  2018
21:05  16 mai  2018 Source:   liberation.fr

Coupe de France : Les Herbiers veulent croire en la victoire face au PSG

  Coupe de France : Les Herbiers veulent croire en la victoire face au PSG Avant la finale face au Paris Saint-Germain ce mardi 8 mai, les supporters des Herbiers (Vendée) savourent l'avant-match où tout est encore possible. Le club qu'ils soutiennent est en finale de la Coupe de France au Stade de France. À 8h du matin en Vendée, à peine levés, les Vendéens donnent déjà de la voix. Pas moins de 120 bus sont affrétés en direction de la capitale. Les cinq heures de route se feront en chanson. L'espoir du Petit Poucet Gonflés à bloc, les supporters des Herbiers sont arrivés en milieu d'après-midi aux abords du Stade de France. Aux Herbiers aussi, la fièvre monte. La finale sera retransmise sur un écran géant dans le stade de la ville. L'affluence s'annonce importante. "Déjà, si on marque un but, ce sera bien, on sera très fiers", commente un supporter. Un autre, plus optimiste, mise sur une victoire 0-1. Il reste encore quelques minutes au Petit Poucet pour rêver à la victoire.

La finale OM -Atlético au parc OL a comme un goût amer pour les Gones. «On surveille, on surveille». Place Bellecour, au centre de Lyon , l ’UEFA a tout de même mis en place quelques animations avant la rencontre.

"Ca fait un bien fou de retrouver l'effervescence de la grande époque!". Comme David, les supporters marseillais comptent les heures avant la finale de l 'Europa League, mercredi à Lyon , avec en tête un espoir: la victoire, vingt-cinq ans après le sacre de l ' OM en Ligue des Champions.

A Lyon, ce mercredi. © Felix Ledru A Lyon, ce mercredi.

La finale OM-Atlético au parc OL a comme un goût amer pour les Gones. Un dispositif de sécurité exceptionnel a été mis en place pour éviter toutes échauffourées.

En tribune Nord, les supporters de l’Atlético Madrid. Au Sud, les Marseillais. Tout autour, plus de mille stadiers sont au garde-à-vous pour la finale de l’Europa League ce mercredi soir, au Parc OL à Décines. A la tension d’un tel match s’ajoute la vieille rivalité de nouveau exacerbée entre l’Olympique lyonnais, l’hôte contrarié de cette finale, et les Phocéens, notamment par les polémiques entre leurs présidents respectifs, Jean-Michel Aulas et Jacques-Henri Eyraud. Pour accueillir la masse des 11 500 supporters de l’Atlético et 11 500 fans marseillais, un «dispositif de sécurité exceptionnel» a donc été mis en place, «calqué sur celui de l’Euro 2016», a annoncé le préfet du Rhône, Stéphane Bouillon. Après les incidents violents lors de la rencontre opposant l’OL au club stambouliote du Besiktas en 2017, «les leçons ont été tirées», assure-t-on du côté de la préfecture.

Ligue Europa : à Marseille, la fièvre monte à la veille de la finale

  Ligue Europa : à Marseille, la fièvre monte à la veille de la finale À la veille de la finale de la Ligue Europa, qui verra l’OM affronter l’Atletico Madrid à Lyon le mercredi 16 mai, Marseille est en effervescence. Si le club n’est pas favori, il peut compter sur la mobilisation de ses supporters, survoltés. "Ça fait un bien fou de retrouver l'effervescence de la grande époque !" Comme David, à la veille du grand jour, les supporters marseillais comptent les heures avant la finale de la Ligue Europa, qui aura lieu mercredi 16 mai à Lyon, avec en tête un espoir : la victoire, vingt-cinq ans après le sacre de l'OM en Ligue des champions.

"Ca fait un bien fou de retrouver l'effervescence de la grande époque!". Comme David, les supporters marseillais comptent les heures avant la finale de l 'Europa League, mercredi à Lyon , avec en tête un espoir: la victoire, vingt-cinq ans après le sacre de l ' OM en Ligue des Champions.

Dans le tramway reliant Lyon au Groupama Stadium, les supporters espagnols, arrivés en nombre aux abords du stade, s’échauffent doucement. Ils trouvent du

«On surveille, on surveille»

Place Bellecour, au centre de Lyon, l’UEFA a tout de même mis en place quelques animations avant la rencontre. Ambiance kermesse. Sur la scène centrale, les enceintes crachent du gros son. Les maillots rouges espagnols sont les plus nombreux ; les Marseillais ayant été invités à se rendre directement au stade. Au moment d’écrire ces lignes, aucun incident n’est à déplorer dans l’après-midi. Dans la foule, un groupe d’adolescents lyonnais vient provoquer malicieusement. «Les ultras lyonnais vont arriver», lancent-ils avec leur drapeau de l’OL tendu. Un des rares supporters marseillais présents les interpelle. Aussitôt, quatre jeunes, tout de noir vêtus, font irruption et jouent les gros bras. «On surveille, on surveille», s’enorgueillit l’un d’eux, crâne rasé.

Europa League: à Marseille, la fièvre monte à la veille de la finale

  Europa League: à Marseille, la fièvre monte à la veille de la finale "Ca fait un bien fou de retrouver l'effervescence de la grande époque!" Comme David, les supporters marseillais comptent les heures avant la finale de l'Europa League, mercredi à Lyon, avec en tête un espoir: la victoire, vingt-cinq ans après le sacre de l'OM en Ligue des Champions."Cela faisait une éternité qu'on n'avait pas vécu ça", s'enthousiasme David, cadre dans une banque, venu pendant sa pause-déjeuner acheter un tee-shirt à la boutique officielle du club, au pied du stade Vélodrome.

À la veille de la finale de la Ligue Europa, aucune tension n'était perceptible dans les rues de Lyon . Au fil des artères du centre-ville et sur la place

De la fan zone près de la tour Eiffel aux dunes de la côte atlantique, c'est avec des sentiments mêlés d'espoir et de fébrilité que des millions de Français en bleu-blanc-rouge attendent le coup d'envoi dimanche à 17h00 (15h00 GMT) de la finale de la Coupe du monde entre la France et la Croatie

Tout autour, des fourgons de policiers sont en alerte pour repérer les Bad Gones et les supporteurs lyonnais proches de groupuscules d’extrême droite radicale. «Je crains surtout les antimarseillais de Lyon qui sont frustrés de voir leurs concurrents dans leur stade, confie Bernard, un supporter marseillais. A cause de ça, je n’ai pas voulu que mon fils mette le maillot de l’OM», poursuit-il. Mais pas de quoi gâcher la fête : il se prend en photo avec les supporters madrilènes. Julio et Iban, eux, disent faire partie des supporteurs modérés du Frente Atletico de Madrid. «Le ménage a été fait depuis des années, ils ne laissent plus entrer les radicaux dans les stades», explique Julio. «Je ne suis pas inquiet mais c’est sûr que certains radicaux sont là», rajoute Iban.

«Aulas en fait des tonnes»

Aux abords de la fête, plus de 1 200 agents de sécurité sont déployés, même dans les zones touristiques loin du stade comme le vieux Lyon où sont implantés des mouvements liés à la fachosphère. Une poignée de policiers espagnols, des «spotters», ont fait le déplacement à Lyon pour identifier les supporteurs à risques, comme certains ultras du Frente Atletico à la réputation sulfureuse.

Quelques Marseillais entonnent «Aulas, on va tout casser chez toi !», un chant devenu viral sur Internet ces derniers jours «D’irresponsables et dangereux propos», accusait alors un communiqué de l’OL. Le club de Jean-Michel Aulas a annoncé son dépôt de plainte pour provocation au délit de destructions, dégradations et détériorations volontaires. «Aulas en fait des tonnes, c’est juste symbolique», souffle Franck un supporteur venu exprès de La Réunion. Lui compte bien que l’OM «casse la baraque» mercredi soir. Au niveau sportif.

Tennis: Gilles Simon en finale à Lyon .
Le Français Gilles Simon, 75e joueur mondial s'est qualifié vendredi pour la finale du tournoi de ATP de Lyon après sa victoire sur le Britannique Cameron Norrie (102e) 6-1, 7-6 (6) au terme d'un match assez médiocre d'une durée de 1 h 20 min.Simon (33 ans), qui tentera de remporter son quatorzième titre sur le circuit principal (dont quatre en France), affrontera, samedi, le vainqueur du match à disputer entre l'Autrichien Dominic Thiem, tête de série N.1 et 8e mondial, et le Serbe Dusan Lajovic (68e).

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!