The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

Sport Washington accuse le Canada de "trahison" après le fiasco du G7

18:25  10 juin  2018
18:25  10 juin  2018 Source:   msn.com

Trump accuse le Canada de mesures commerciales "très restrictives"

  Trump accuse le Canada de mesures commerciales Le président américain Donald Trump s'en est pris vendredi au Canada, qu'il a accusé de "très mal traiter" les agriculteurs américains et d'imposer des mesures commerciales très restrictives. Ce tweet matinal intervient au lendemain de l'annonce par le Premier ministre canadien Justin Trudeau de "mesures de rétorsion" en réponse à l'imposition de taxes de 25% sur les importations américaines d'acier et de 10% sur celles d'aluminium en provenance de l'Union européenne ainsi que du Canada et du Mexique."Le Canada a très mal traité nos activités Agricoles et nos Agriculteurs pendant très longtemps.

Washington et Pékin s’accordent sur le dossier ZTE. CMC recule sur la question des retraites. Le fossé commercial entre la Chine et les États-Unis s’est encore Chômage stable, mais salaires en hausse au Canada . La cadence des mises en chantier a ralenti en mai. Pas le fiasco que l’on craint.

Scandale fiscal "LuxLeaks". Le fiasco de l'écotaxe. Donald Trump a retourné l' accusation de protectionnisme contre l'Union européenne et le Canada , sur les produits laitiers, l'agriculture ou les barrières non-tarifaires auxquels se heurteraient les produits américains, dénonçant à nouveau des

Les Etats-Unis ont accusé dimanche le Canada de "trahison" lors du sommet du G7 qui s'est terminé sur un fiasco après la volte-face du président américain Donald Trump contre ses alliés qu'il a menacés de droits de douanes alourdis.

Samedi, dans son avion en direction de Singapour pour son sommet avec Kim Jong Un, Donald Trump a brusquement retiré son soutien au communiqué final du sommet de deux jours à La Malbaie (Québec, est du Canada), malgré le compromis qui avait été forgé de haute lutte sur les questions commerciales quelques heures auparavant.

Le président, un habitué des réactions épidermiques, réagissait à des déclarations du Premier ministre canadien Justin Trudeau. Celui-ci a répété que les nouvelles taxes douanières américaines sur l'acier et l'aluminium frappant la Canada étaient "insultantes", au regard de l'histoire entre les deux pays. Comme l'Union européenne, il a confirmé des représailles pour juillet.

Washington blâme Trudeau et sa "trahison" pour l'échec du G7

  Washington blâme Trudeau et sa Le Premier ministre canadien Justin Trudeau est responsable de l'échec du sommet du G7 car il "nous a poignardés dans le dos", a affirmé dimanche Larry Kudlow, le principal conseiller économique de Donald Trump. "Il a tenu une conférence de presse et dit que les Etats-Unis étaient insultants", a affirmé M. Kudlow sur CNN, estimant que les déclarations de M. Trudeau constituaient "une trahison".

Le sommet du G 7 de la Malbaie, au Canada , n’était pas encore ouvert que le président américain Donald Trump se livrait sur Twitter à une “attaque virulente” contre son hôte, le Premier ministre Justin Trudeau et contre le président français, Emmanuel Macron, rapporte La Presse.

Parce que nous devrions avoir la Russie à la table de négociations', a-t-il dit avant de quitter Washington vendredi 'L'Union européenne nous traite très mal, le Canada , très mal', a accusé Donald Trump sur Twitter, en pointant notamment les hauts tarifs canadiens sur les produits laitiers.

Auparavant, le Canadien avait salué le consensus trouvé par les sept. Un texte qui ne résolvait pas le conflit en cours, mais qui était considéré comme un pas vers la désescalade et le dialogue.

"C'est une trahison, il nous a doublés, pas seulement le président Trump mais aussi les autres membres du G7", a tonné dimanche sur CNN Larry Kudlow, le principal conseiller économique de Donald Trump, qui a concentré ses attaques sur le dirigeant canadien.

"Il y a un siège réservé en enfer pour tout dirigeant étranger qui s'engage dans une diplomatie de la mauvaise foi avec Donald Trump et tente de le poignarder dans le dos quand il s'en va", a renchéri sur Fox News le conseiller présidentiel pour le commerce, Peter Navarro.

Donald Trump, qui a traité M. Trudeau de personne "malhonnête et faible" sur Twitter, avait pourtant donné son aval au communiqué final, un document en 28 points péniblement négocié par le "Groupe des sept" (Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Japon).

Washington accuse le Canada de "trahison" après le fiasco du G7

  Washington accuse le Canada de Les Etats-Unis ont accusé dimanche le Canada de "trahison" lors du sommet du G7 qui s'est terminé sur un fiasco après la volte-face du président américain Donald Trump contre ses alliés qu'il a menacés de droits de douanes alourdis. Face à ce brusque revirement, la France a dénoncé l'"incohérence" de la délégation américaine tandis que l'Allemagne a accusé M. Trump de "détruire" la confiance des alliés à coups de tweets.Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, cible des violentes critiques américaines, a pour l'instant choisi de ne pas répondre.

G 7 - Le G 7 au Canada a tourné au fiasco ce samedi 9 juin: d'un tweet rageur, Donald Trump a retiré son soutien au communiqué commun obtenu dans la douleur, rejetant la faute sur des propos du Premier ministre canadien Justin Trudeau qu'il a qualifié de "très malhonnête".

Donald Trump a imposé vendredi son propre ordre du jour au sommet du G 7 au Canada en proposant la réintégration de la Russie, exclue en 2014, et en retournant l' accusation de protectionnisme à "L'Union européenne nous traite très mal, le Canada , très mal", a accusé Donald Trump sur Twitter


- "Incohérence" et "inconsistance" -


Selon Larry Kudlow, la réaction de Donald Trump était également destinée à ne pas "montrer de faiblesse" avant son sommet avec Kim Jong Un sur la dénucléarisation de la Corée du Nord.

Le président américain a atterri dimanche matin à Singapour, deux jours avant sa rencontre historique avec le dirigeant nord-coréen.

Le cabinet de M. Trudeau a indiqué qu'il n'avait fait que répéter des propos déjà prononcés auparavant.

"La coopération internationale ne peut dépendre de colères ou de petits mots", a réagi la présidence française, dénonçant "l'incohérence" et "l'inconsistance" de la délégation américaine.

Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a pour sa part accusé M. Trump de "détruire très rapidement une quantité incroyable de confiance dans un tweet", alors que Berlin a apporté son soutien au communiqué commun.

Le président russe Vladimir Poutine a quant à lui ironisé sur le "babillage inventif" des pays du G7, qu'il a invités à "se tourner vers les sujets concrets relevant d'une vraie coopération".

Trudeau "nous a poignardés dans le dos", dit le conseiller de Trump

  Trudeau Le conseiller économique de la Maison blanche, Larry Kudlow, a accusé dimanche le Premier ministre canadien Justin Trudeau d'avoir trahi Donald Trump par des déclarations "polarisantes" sur la politique commerciale des Etats-Unis et de faire apparaître le président américain comme affaibli avant son sommet historique avec Kim Jong-un. Lors de la conférence de presse clôturant le sommet du G7 samedi au Canada, Justin Trudeau a évoqué des mesures de rétorsion que le Canada prendra le mois prochain après l'instauration par Washington de droits de douane sur les importations américaines d'acier et d'aluminium en provenance du Canada, de

Parce que nous devrions avoir la Russie à la table de négociations", a-t-il dit avant de quitter Washington vendredi "L'Union européenne nous traite très mal, le Canada , très mal", a accusé Donald Trump sur Twitter, en pointant notamment les hauts tarifs canadiens sur les produits laitiers.

Si ça ne se fait pas, on s'en sortira encore mieux", a-t-il tweeté vendredi matin avant de s'envoler de Washington . Il sera le dernier dirigeant à S'en prenant dans un autre tweet à l'Union européenne et au Canada , il a martelé: "Levez vos taxes et barrières ou nous allons faire mieux que vous!".

A La Malbaie, le G7 a rejeté la proposition de Donald Trump de réintégrer dans le club la Russie, exclue en 2014 en raison de l'annexion de la Crimée, appelant Moscou à cesser de "saper les systèmes démocratiques".

Surtout, le locataire de la Maison Blanche a renouvelé sa menace de droits de douane accrus sur les voitures européennes et étrangères importées aux Etats-Unis. Un secteur qui pèse bien plus que les deux métaux jusqu'à présent frappés.


- Voitures allemandes -


Les Etats-Unis sont le premier marché étranger pour les marques européennes de voitures.

L'Allemagne est particulièrement inquiète: les automobiles représentent en valeur le quart de ce que le pays exporte vers les Etats-Unis. La part de marché des marques allemandes pour le segment des voitures haut de gamme dépasse même les 40%, selon la fédération automobile allemande (VDA).

Les droits de douane actuels sont effectivement différents entre l'UE et les Etats-Unis. L'Europe taxe les importations de voitures hors-UE, donc américaines, de 10%.

Aux Etats-Unis, les Audi, Volkswagen et autres voitures étrangères sont frappées d'une taxe de 2,5%.

"Pas étonnant que l'Allemagne nous vende trois fois plus de voitures que nous en exportons vers elle", a écrit Peter Navarro, conseiller au commerce de la Maison Blanche, dans une tribune récente dans le New York Times.

Donald Trump s'est souvent plaint, en privé, de voir trop de Mercedes à New York... mais pas assez de voitures américaines dans les rues européennes.

Pour évaluer l'équité des échanges commerciaux avec ses partenaires, le milliardaire se concentre sur une seule question: tel pays a-t-il un excédent ou un déficit commercial avec les Etats-Unis?

Dans le cas de l'Allemagne, il s'agit d'un excédent.

Emmanuel Macron a fait allusion à cette façon de penser du milliardaire. Le président français lui a rétorqué, durant les négociations de La Malbaie, que la France pratiquait le libre-échange avec l'Allemagne, mais qu'elle avait quand même un déficit commercial avec sa voisine.

Face aux menaces américaines, le Canada appelle à "rester calme" (ministre) .
Face aux tensions commerciales avec les Etats-Unis, le Canada appelle à "rester calme et à poursuivre" le dialogue, a déclaré mardi la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland, à la veille d'une visite à Washington."Notre position depuis l'élection américaine, et bien sûr depuis le début de la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain, a été très cohérente (...). Nous devons rester calme et poursuivre (le dialogue, Ndlr) malgré le psychodrame", a dit la ministre à la presse, après de nouvelles menaces de Donald Trump.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/sport/-114418-washington-accuse-le-canada-de-trahison-apres-le-fiasco-du-g7/

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!