The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

Sport LEAD 1-La Fed relève ses taux, renonce à son pilotage de crise

01:40  14 juin  2018
01:40  14 juin  2018 Source:   fr.reuters.com

Marion Bartoli renonce à revenir sur le circuit

  Marion Bartoli renonce à revenir sur le circuit par Grégoire Duez (iDalgo)

Il y a tout juste un an, la Fed avait procédé à son premier relèvement en près de dix ans, mettant ainsi fin à la politique des taux zéro mise en place après la crise de 2008 pour soutenir la reprise économique et fluidifier le crédit. Elle avait, depuis, renoncé à resserrer davantage sa politique

« «Il est quasiment certain que la FED va relever ses taux à l’issue de sa réunion», a affirmé Michael Pearce, économiste pour Capital Economics qui, comme la Alors la FED s’arrêtera en fonction des conditions entre 1 ,5 et 2,5 % au mieux avant la prochaine baisse de taux liée à la prochaine crise .

La Réserve fédérale (Fed) a relevé ses taux directeurs comme attendu mercredi, confirmant la poursuite du processus de resserrement graduel de sa politique monétaire.

La Fed a relevé d'un quart de point la fourchette cible de son taux au jour le jour entre 1,75% et 2,0% mais a aussi renoncé à son engagement de maintenir les taux à un niveau suffisamment bas pour stimuler l'économie "pendant quelque temps" tout en manifestant son intention de tolérer une inflation supérieure à son objectif au moins jusqu'en 2020.

"L'économie américaine se porte très bien", a déclaré le président de la Fed, Jerome Powell, lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion de deux jours du comité de politique monétaire (FOMC) dont le communiqué final a été adopté à l'unanimité.

Nadal renonce au Queen's

  Nadal renonce au Queen's par Victor Gatinel (iDalgo)

Avec cette décision historique, la Fed tourne la page de la politique monétaire à taux zéro, adoptée dans le sillage de la crise financière il y a sept ans. C'est un changement de cap historique. Confiante dans l'économie des Etats-Unis, la banque centrale américaine ( Fed ) a relevé mercredi son taux

ÉCONOMIE - La banque centrale américaine ( Fed ) a décidé mercredi de relever de nouveau ses taux d'intérêt. La FED remonte ses taux : qu’est-ce-que ca change ? Etats-Unis : la Fed relève ses taux pour la 1 ère fois en presque dix ans.

"La plupart des gens qui veulent trouver un emploi le font. Le chômage et l'inflation sont bas (...) Les perspectives d'ensemble pour la croissance demeurent favorables."

Il a ajouté qu'une poursuite des relèvements de taux à un rythme régulier favoriserait l'expansion à un moment où la Fed se rapproche d'une forme d'optimum caractérisé par des objectifs en termes d'emploi et d'inflation pour l'essentiel atteints, tandis que l'économie absorbe bien une hausse des coûts de financement et qu'aucun signe d'une accélération incontrôlée de la hausse des prix ne se manifeste.

La Fed a relevé ses taux directeurs à sept reprises depuis la fin 2015 à la faveur de la poursuite de l'expansion économique américaine et d'une amélioration continue de la situation du marché de l'emploi.

La Fed relève ses taux de 0,25 point, renonce à son pilotage de crise

  La Fed relève ses taux de 0,25 point, renonce à son pilotage de crise La Réserve fédérale (Fed) a relevé ses taux directeurs comme attendu mercredi, confirmant la poursuite du processus de resserrement graduel de sa politique monétaire. La Fed a relevé d'un quart de point la fourchette cible de son taux au jour le jour entre 1,75% et 2,0% mais a aussi renoncé à son engagement de maintenir les taux à un niveau suffisamment bas pour stimuler l'économie "pendant quelque temps" tout en manifestant son intention de tolérer une inflation supérieure à son objectif au moins jusqu'en 2020.

La Banque centrale américaine s’apprête à opérer, demain, une nouvelle hausse des taux d’intérêt. Ce sera la deuxième hausse de l'année et la septième depuis fin 2015. Elle propulsera le coût de l'argent au jour le jour que les banques se facturent entre 1

La Fed s’est fixé pour objectif de porter graduellement son taux directeur autour de 1 ,4 % d’ici fin 2016. Décès du célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking. Toute décision unilatérale sera considérée comme une atteinte à la souveraineté de Chypre du Nord.

LA FED CONFIANTE

Les nouvelles prévisions économiques des responsables monétaires de la Fed, également publiées mercredi, font état d'une légère accélération du rythme de hausse des taux dans les prochains mois avec deux nouvelles hausses des taux directeurs d'ici la fin de l'année contre une seule anticipée jusqu'à présent.

Ils tablent sur trois relèvements l'année prochaine, un rythme inchangé par rapport à leurs prévisions antérieures livrées au mois de mars.

"Le rythme des hausses de taux graduelles de la Fed et la lente réduction de la taille de son bilan semblent solidement établis à ce stade. La trajectoire de l'inflation américaine et plus largement de l'économie devrait sans doute changer significativement pour que le FOMC s'écarte de ce schéma", a commenté Aaron Anderson, responsable de la recherche de Fisher Investments.

Les rendements des emprunts d'Etat américains ont monté, le dollar a effacé ses pertes et Wall Street a terminé en baisse modérée, après le relèvement des taux de la Réserve fédérale (Fed) et en réaction au ton moins accommodant adopté par la banque centrale dans son communiqué de politique monétaire.

POINT MARCHÉS-Wall Street reflue modérément après les annonces de la Fed

  POINT MARCHÉS-Wall Street reflue modérément après les annonces de la Fed Wall Street a terminé en baisse modérée la séance de mercredi, après que la Réserve fédérale eut comme prévu relevé son taux d'intervention d'un quart de point et eut projeté deux autres hausses des taux d'intérêt cette année et non plus une. La Fed a aussi renoncé à son engagement de maintenir les taux à un niveau suffisamment bas pour stimuler l'économie "pendant quelque temps" tout en manifestant son intention de tolérer une inflation supérieure à son objectif au moins jusqu'en 2020."Qu'elle parle de quatre hausses des taux cette année et non pas de trois, c'est décevant.

La Fed a relevé comme prévu son taux des " fed funds" mercredi. La hausse des taux de mercredi est la 6ème depuis décembre 2015, début du cycle de normalisation monétaire de la Fed après la grande crise financière de 2007-2008 qui avait ramené les taux à zéro.

Dernière MAJ: 14/06/2017. Vous lisez: La FED remonte ses taux d'intérêts. C’est la quatrième fois que l’institution relève le coût du crédit depuis la crise financière de 2008. A l‘époque elle avait même mis en place une politique sans précédent de taux zéro pour encourager la reprise.

Jerome Powell a aussi annoncé que chacune des réunions de politique monétaire de l'institut d'émission serait suivie d'une conférence de presse l'année prochaine, qui en comptera huit, alors que le patron de la Fed n'en tenait que quatre par an jusqu'à présent.

Les responsables monétaires de la Fed anticipent une croissance du produit intérieur brut de 2,8% cette année, un peu au-dessus de leur précédente prévision, et un ralentissement à 2,4% en 2019. Ils prévoient que l'inflation atteindra 2,1% cette année et se maintiendra à ce niveau jusqu'en 2020.

Le taux de chômage, actuellement à un plus bas de 18 ans de 3,8%, baisserait encore pour tomber à 3,6% cette année, contre une prévision de 3,8% en mars.

"Le marché du travail a continué de se renforcer (...) l'activité économique a crû à un rythme solide", a souligné la Fed dans son communiqué. "Les dépenses des ménages se sont redressées et l'investissement des entreprises a continué de croître fortement."

Bien que les taux réels, soit les taux défalqués de l'inflation, soient désormais en territoire positif, la Fed continue de qualifier sa politique d'"accommodante" avec des hausses de taux graduelles justifiées par une économie qui entre dans sa dixième année consécutive de croissance.

RPT-La Fed relève ses taux et renonce à son pilotage de crise

  RPT-La Fed relève ses taux et renonce à son pilotage de crise La Réserve fédérale (Fed) a relevé ses taux directeurs comme attendu mercredi, confirmant la poursuite du processus de resserrement graduel de sa politique monétaire. La Fed a relevé d'un quart de point la fourchette cible de son taux au jour le jour entre 1,75% et 2,0% mais a aussi renoncé à son engagement de maintenir les taux à un niveau suffisamment bas pour stimuler l'économie "pendant quelque temps" tout en manifestant son intention de tolérer une inflation supérieure à son objectif au moins jusqu'en 2020.

La Banque centrale américaine ( Fed ), réunie pour la première fois sous la houlette de Jerome Powell, a sans surprise relevé ses taux d'intérêt mercredi pour parer à la surchauffe d'une économie dopée par les mesures de l'administration Trump et qui devrait croître à un rythme plus rapide.

Relèvement des taux de la Fed attendu. Signaler une erreur. La Fed donne ainsi un tour de vis monétaire pour la deuxième fois en trois mois et prend ainsi acte de la bonne santé du marché du travail et d'une inflation qui se rapproche enfin de son objectif.

TENSIONS COMMERCIALES

Le relèvement de taux décidé mercredi était conforme aux attentes des investisseurs et la Fed a prévenu que sa politique de hausses graduelles des taux se ferait "en conformité avec une expansion durable de l'activité économique, un environnement solide du marché du travail et une inflation proche de l'objectif symétrique de 2% du FOMC."

La Fed a aussi adopté une mesure technique consistant à ajuster le taux sur les réserves excédentaires des banques juste en dessous de la borne haute de sa fourchette-cible pour les fonds fédéraux au jour le jour. Une mesure qu'elle a justifiée en expliquant qu'elle était destinée à maintenir les taux à très court terme au sein de ladite fourchette.

Le communiqué de politique monétaire ne fait aucune référence à la politique commerciale de l'Administration Trump et à ses possibles répercussions pour l'économie américaine.

Des responsables monétaires de la Fed ont fait part, à titre individuel, de leurs inquiétudes liées au risque d'une escalade des tensions commerciales à l'échelle internationale mais ils ont dit que cela ne les amènerait pas à modifier leurs prévisions ni leurs décisions de politique monétaire tant que ces risques ne se matérialiseraient pas. (Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

LEAD 1-Villeroy de Galhau (BCE) confiant sur l'inflation malgré les risques .
La Banque centrale européenne (BCE) est confiante que l'inflation évolue dans la bonne direction même si les tensions commerciales font peser un risque sur la croissance globale et dans la zone euro, a déclaré jeudi le gouverneur de la Banque de France. "Le risque d'une guerre commerciale globale n'est plus impensable", a dit François Villeroy de Galhau en évoquant les hausses de tarifs douaniers décrétées par l'administration américaine et les répliques décidées en Europe et en Chine.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!