The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

Tech & Science En Alaska, les pétroliers gèlent le sol réchauffé par l’augmentation des températures

20:45  14 juin  2018
20:45  14 juin  2018 Source:   lemonde.fr

Météo : des températures supérieures à 30°C annoncées pour jeudi

  Météo : des températures supérieures à 30°C annoncées pour jeudi "Dès mardi, les températures devraient atteindre en moyenne les 25°C sur la moitié nord et les 28°C sur le Sud", écrit Météo France.

Mais c’était sans compter sur l ’ augmentation des températures , en partie due à l’exploitation même de ces hydrocarbures en Alaska : les routes de glaces disparaissent de plus en plus rapidement, réduisant du même coup la période d’exploitation des puits de pétrole.

Ni la baisse des cours du baril. Si Shell a annoncé l'arrêt de ses explorations en Alaska , le Le sol gelé de l’ Arctique constitue pourtant le plus important réservoir de carbone de la planète. Quelles sont les prévisions d’ augmentation des températures en prenant en compte le dégel du pergélisol ?

Pour accéder aux pipelines, les groupes pétroliers placent des milliers de tubes réfrigérants dans le permafrost afin qu’il soit suffisamment solide pour rouler dessus.

Le trans-Alaska oil pipeline, en 2006. © RICK BOWMER / AP Le trans-Alaska oil pipeline, en 2006.

Chassez le réchauffement climatique par la porte, il reviendra par la fenêtre : en respectant les strictes consignes environnementales américaines sur la circulation dans la toundra, les groupes pétroliers d’Alaska pensaient pouvoir maintenir le fragile permafrost suffisamment solide pour continuer à accéder aux oléoducs et les entretenir tout au long de la saison hivernale.

Les saumons ont chaud aux nageoires

  Les saumons ont chaud aux nageoires L'espèce de poissons de l'Atlantique Nord subit d'importants déclins dans ses populations sauvages. En cause: l'aquaculture intensive et le réchauffement climatique. Fumé, grillé ou en california rolls, le saumon sauvage est prisé et souvent considéré comme un mets de luxe. L’animal aux reflets argentés qui naît et grandit dans les courants d’eau douce et vit sa vie d’adulte dans les océans n’apprécie guère notre passion pour sa chair rosée. Un rapport annuel de la Fédération du saumon Atlantique (FSA), sorti le 11 juin, note que le nombre de saumons de l’Atlantique en Amérique du Nord a diminué de 15% en 2017 par rapport à l’année précédente.

En Alaska et dans la région du nord-ouest du Canada, les températures hivernales ont augmenté de 3°- 4°C depuis les 50 dernières années, soit le double de D’après des études, une augmentation de la température du sol passant de -4°C à -1°C diminue la capacité de soutien du pergélisol de près de

L ’ augmentation . On appelle permafrost les sols qui restent gelés en perma-nence (tout le temps) dans les régions proches du pôle Nord : dans le nord du Canada, en Alaska , en Sibérie (région de la Russie).

Mais c’était sans compter sur l’augmentation des températures, en partie due à l’exploitation même de ces hydrocarbures en Alaska : les routes de glaces disparaissent de plus en plus rapidement, réduisant du même coup la période d’exploitation des puits de pétrole.

En 2003, la fenêtre de tir avait diminué de deux mois en moyenne par rapport aux années 1970, au moment où les routes de glace étaient praticables plus de la moitié de l’année. Un désastre pour les industriels, qui payent régulièrement 300 000 dollars (environ 250 000 euros) par jour pour maintenir leurs équipes prêtes dans l’attente d’être autorisées à accéder aux champs pétrolifères.

Des tubes réfrigérants dans le sol

Toute une économie s’est alors développée pour maintenir les routes et les installations en état : l’entreprise BeadedStream s’est par exemple spécialisée dans la vente de détecteurs de températures aux compagnies pétrolières. L’analyse des résultats des nombreux capteurs dispersés dans le « North Slope », le versant nord de l’Alaska, permet aux autorités et aux industriels de savoir exactement quand les conditions climatiques sont réunies pour accéder aux installations — et de gagner ainsi un temps précieux.

Météo : nouvelle hausse des températures la semaine prochaine

  Météo : nouvelle hausse des températures la semaine prochaine Selon la Chaîne Météo*, une forte chaleur va souffler sur l'ensemble du territoire à partir du début de semaine prochaine. Des températures très élevées sont attendues et pourraient augurer un risque de canicule pour les semaines à venir. © LUDOVIC MARIN/AFP Une vague de chaleur est attendue les semaines prochaines en France. C'est l'été et le thermostat affiche enfin des températures de saison. Si les fortes chaleurs sont en retard cette année par rapport à la normale de cette dernière décennie, la Chaîne Météo* envisage cependant une nouvelle hausse généralisée des températures en France la semaine prochaine.

• augmentation de la pression et de la température (de 30°C par kilomètre) ; • rupture de Des mesures au sol , ou par des avions qui quadrillent la zone à prospecter, permettent notamment En ce qui concerne les produits pétroliers , la plus grande part de la consommation concerne aujourd'hui

Observons les conséquences en Alaska : La hausse est très nette, surtout en hiver. En revanche, dans l’extrême sud des Alpes, l ’ augmentation est plus marquée en été qu’en hiver. En revanche, au-dessus de 2000 m, la hauteur moyenne de neige au sol n’a pas subi d’évolution notable.

Inventée dans les années 1970, une autre technologie s’est largement développée lors des dernières saisons hivernales : l’installation de tubes réfrigérants dans le sol pour garder la couche de permafrost gelée.

« Pour être honnête, le dérèglement climatique est plutôt bon pour nos affaires », s’est satisfait Ed Yarmak, fondateur d’Artic Foundations, qui a vendu des milliers de ses tubes métalliques aux compagnies pétrolières installées en Alaska. En partie enterrés dans le sol, ils en expulsent la chaleur, afin de lutter contre la fragilisation des routes de glace, des pipelines et des bâtiments.

Un allongement de la période hivernale

C’est aussi la lutte contre la fonte du permafrost qui permet aux groupes pétroliers de rester dans le cadre imposé par les normes environnementales : depuis 2003, les déplacements sur la toundra sont autorisés uniquement quand « la terre est gelée sur une profondeur de 30 centimètres et avec au moins 15 centimètres de neige sur le sol ». Auparavant, les autorités attendaient simplement l’annonce d’une température en dessous de zéro pour ouvrir les champs de pétrole à la circulation.

Le pape plaide pour les énergies propres devant le secteur pétrolier

  Le pape plaide pour les énergies propres devant le secteur pétrolier Le pape François a plaidé samedi en faveur de la transition vers les énergies propres devant les représentants des grands groupes pétroliers. "La civilisation nécessite de l'énergie, mais la consommation d'énergie ne doit pas détruire la civilisation", leur a-t-il déclaré à l'issue de cette conférence inédite, qui s'est déroulée à huis clos pendant deux jours à l'Académie pontificale des sciences.

Pour les particuliers, c'est une augmentation immédiate du pouvoir d'achat des ménages, qui devrait progresser de 1,7 % cette année, la hausse la plus forte depuis 2007. Sur le marché domestique, CGG, spécialiste de l'exploration des sous- sols , a dû lancer une opération de sauvetage, et le titre de

Le sol gelé du permafrost pourrait libérer d'énormes quantités de gaz à effet de serre en fondant. La glace fondant, ce rafraîchissement naturel s’estompe) ni de l ’ augmentation de la couverture « En Alaska , des chercheurs ont déjà trouvé des traces de la grippe espagnole de 1918, qui avait infecté

Les effets de la mesure ont été immédiats : les terres dans le nord de l’Etat sont devenues praticables sur des périodes d’au moins cinq mois pendant treize années de suite, avant que cette période ne se raccourcisse de nouveau depuis 2015.

Le cadre imposé par les autorités a également permis, depuis le début des années 2000, d’observer un rallongement de la période de gel. Un apparent paradoxe pour le journaliste Alex DeMarban, qui soulignait en 2016 le lien entre une industrie aux lourdes conséquences environnementales et l’urgence de prendre soin d’un environnement menacé :

« C’est l’indubitable ironie d’une industrie pétrolière travaillant à étendre la saison hivernale, pour exploiter les hydrocarbures qui contribuent à plus de réchauffement climatique et d’émissions de gaz à effet de serre, qui eux-mêmes réduisent cette saison hivernale. »

C'est une certitude : la fonte de l'Antarctique s'accélère .
C'est une certitude : la fonte de l'Antarctique s'accélèreL'Antarctique a perdu 3 000 milliards de tonnes de glace depuis 1992. Assez pour faire monter le niveau global des océans de presque 8 millimètres, et cette tendance s'est accélérée de façon spectaculaire au cours des cinq dernières années, selon une étude parue le 13 juin 2018.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!