The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

Tech & Science Pour le patron de DeepMind, l'intelligence artificielle comporte des "risques"

17:36  10 mars  2018
17:36  10 mars  2018 Source:   afp.com

Mondiaux (salle): Mayer s'adjuge l'heptathlon

  Mondiaux (salle): Mayer s'adjuge l'heptathlon Malgré la douleur et les doutes psychologiques, Kevin Mayer a bien remporté l'heptathlon samedi aux championnats du monde (6 348 points). Dans le creux avant le 1 000m, dernière épreuve au programme, il a serré les dents pour garder cinq minuscules points d'avance sur Damian Warner (vainqueur de la course en 2'37"12, Mayer quatrième en 2'39"64).Kevin Mayer s’est fichu de nous. Mais on ne lui en veut pas du tout, et d’ailleurs on s’y attendait. A nous faire croire qu’il allait peut-être arrêter son heptathlon à une épreuve de la fin, ne pas prendre le départ du 1 000m après sa grande déception de la perche… Au fond, même lui ne croyait pas un mot de ce qu’il disait.

Source de multiples promesses pour la recherche, l'essor de l ' intelligence artificielle comporte aussi des « risques » si elle est mal utilisée, a estimé vendredi Demis Hassabis, patron de DeepMind , l 'entreprise à l'origine du super-programme informatique AlphaGo.

LONDRES | Source de multiples promesses pour la recherche, l’essor de l ’ intelligence artificielle comporte aussi des « risques » si elle est mal utilisée, a estimé vendredi Demis Hassabis, patron de DeepMind , l ’entreprise à l’origine du super-programme informatique AlphaGo.

Source de multiples promesses pour la recherche, l'essor de l'intelligence artificielle comporte aussi des "risques" si elle est mal utilisée, a estimé vendredi Demis Hassabis, patron de DeepMind, l'entreprise à l'origine du super-programme informatique AlphaGo.

Le patron de DeepMind, Demis Hassabis, le 15 mars 2016 à Séoul © Fournis par AFP Le patron de DeepMind, Demis Hassabis, le 15 mars 2016 à Séoul

La possibilité d'une intelligence artificielle qui deviendrait incontrôlable, voire hostile, est une question intimement liée au développement de cette technologie amenée à jouer un rôle majeur dans les décennies à venir.

C'est donc sans surprise que le sujet a été abordé vendredi soir lors d'une séance de questions-réponses à l'issue d'une projection à l'University College de Londres d'un documentaire sur AlphaGo, qui avait fait sensation en 2016 en battant Lee Se-Dol, grand maître sud-coréen du jeu de go.

Intelligence artificielle et musique : ce que Spotify fabrique vraiment dans son laboratoire de recherche parisien

  Intelligence artificielle et musique : ce que Spotify fabrique vraiment dans son laboratoire de recherche parisien Intelligence artificielle et musique : ce que Spotify fabrique vraiment dans son laboratoire de recherche parisienAu milieu de l’été 2017, Spotify annonçait dans un communiqué succinct la création d’un Creator Technology Research Lab à Paris, un laboratoire de recherche chargé de réfléchir au "développement d’outils pour aider les artistes dans leur processus créatif" avec à sa tête le Français François Pachet, grand spécialiste de la recherche sur l’intelligence artificielle et la musique.

Source de multiples promesses pour la recherche, l'essor de l ' intelligence artificielle comporte aussi des " risques " si elle est mal utilisée, a estimé vendredi Demis Hassabis, patron de DeepMind , l 'entreprise à l'origine du super-programme informatique AlphaGo.

Source de multiples promesses pour la recherche, l'essor de l ' intelligence artificielle comporte aussi des " risques " si elle est mal utilisée, a estimé vendredi 9 mars Demis Hassabis, patron de DeepMind , l 'entreprise à l'origine du super-programme informatique AlphaGo.

"Il y a toute une série de questions philosophiques intéressantes et difficiles (...) auxquelles nous devrons répondre", a déclaré le patron et fondateur de DeepMind, filiale de Google spécialisée dans l'intelligence artificielle (IA).

L'IA, a ajouté Demis Hassabis, peut être un "outil incroyable pour accélérer la recherche scientifique", et constituer l'une des technologies les plus "profitables" de l'histoire de l'humanité.

Mais, comme pour toute technologie, "il y a des risques", a-t-il souligné. "Cela dépendra de la façon dont nous, en tant que société, décidons de l'utiliser", a-t-il dit.

"Je crois en l'ingéniosité humaine pour résoudre les problèmes techniques (liés à l'IA) (...) Mais un défi plus important sera de résoudre les questions éthiques", a-t-il insisté.

Demis Hassabis a assuré que cette problématique figurait parmi les priorités de DeepMind, et que l'entreprise avait mis en place des solutions concrètes pour y répondre.

Les propos de M. Hassabis font écho à ceux du célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking, selon qui l'intelligence artificielle sera "la meilleure, ou la pire chose jamais survenue à l'humanité".

Nîmes s'impose en patron à Brest .
par Fabien Chorlet (iDalgo)

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!